archive

Delhi

La série continue, après trois premiers numéros consacrés en janvier à la scène artistique contemporaine de la capitale indienne. Ce troisième voyage indien m’a offert la possibilité de retourner cinq jours dans la mégalopole, étouffant dans la poussière et la pollution, afin de retrouver certaines galeries éminentes tout en en découvrant de nouvelles. La meilleure manière de parcourir le réseau, finalement éclaté, des lieux d’art de la ville, est de le faire avec un chauffeur autochtone en louant un taxi à la journée. Mais la fraîche fierté de mes acclimatations à Delhi réside dans l’expérience du bus, que je prends dorénavant, là aussi, avec aisance. J’éviterai ici de m’étaler sur les bonheurs qui conditionnèrent l’environnement de mes visites, mais retenons en vrac, qu’outre une vingtaine d’expositions, il y eu un dîner chez un chirurgien punjabi, quelques bazars, des vélo-rickshaws, des cafés dans mon Indian Coffee House, le Lotus Temple, encore, et une matinée au commissariat.

On the darkest night I can see the light à la Seven Art Limited Gallery à Delhi

ResembleReassemble à la Devi Art Foundation à Gurgaon

Souza à la Lalit Kala Akademi à Delhi

Mrinalini Mukherjee à la Galerie Espace à Delhi

Gauri Gill à la Nature Morte Gallery à Delhi

Snow à la Palette Art Gallery à Delhi

Dhruv Malhotra à la Photo Ink Gallery à Delhi

Publicités

Le voyage commença merveilleusement. Voilà qu’il se termine de façon exceptionnelle, puisqu’un détour à 250km au nord de la ville me permit d’envisager la fantastique cité moderne de Chandigarh, double capitale régionale voulue par le premier ministre Jawaharlal Nehru et signée par l’architecte Le Corbusier. Je n’ai pas ménagé la place pour vous l’évoquer plus amplement dans ce présent numéro mais m’organiserai pour peut-être le faire dans un prochain. Atterrissons donc doucement pour terminer ici notre cycle indien avec cette troisième série d’expositions témoignant de la fin de mon séjour dans la capitale où nous évoluons maintenant avec une aise certaine. Les accrochages parfois approximatifs des premiers jours semblent loins et nous ne parcourrons plus que des lieux d’exposition pointus et des galeries internationales fonctionnant toujours avec une annexe berlinoise ou newyorkaise.

The Waterhouse Albums – Central Indian Provinces au Triveni Kala Sangam à Delhi

Pablo Picasso à l’Instituto Cervantes à Delhi

Manil Gupta à la Palette Gallery Art à Delhi

Fariborz Sahba avec le Lotus Temple à Delhi

Bharat Sikka à la W+K Gallery à Delhi

Seher Shah à la Nature Morte Gallery à Delhi

A. Balasubramaniam à la Talwar Gallery à Delhi

Après un premier numéro consacré à ce séjour, nous voilà déjà plus familier avec le contexte indien. L’environnement étranger se fait plus confortable. Nous savons maintenant marchander un rickshaw, notre estomac daigne accepter la cuisine locale, nous traversons les rues encombrées sans hésitation et maîtrisons les subtilités du découpage de la ville pour trouver une adresse sans se perdre. Cette aise optimise notre mobilité et les itinéraires quotidiens, alternant mosquées, temples, tombeaux somptueux, marchés fournis et lieux d’exposition, atteignent pratiquement une fluidité exemplaire.

... in the seeds of time à la National Gallery of Modern Art à Delhi

Infinitely India à la National Gallery of Modern Art à Delhi

1001 cups par Claude Presset au Crafts Museum à Delhi

The golden collections par Artoholic’s Gallery à l’India Habitat Center à Delhi

Mustafa Quraishi à l’India Habitat Center à Delhi

Metaphoric Shifts & New Imagery à la Lalit Kala Akademi à Delhi

Hemavathy Guha à la Lalit Kala Akademi à Delhi

J’inaugure cette nouvelle année, que je vous suggère exceptionnelle, en partageant les expériences esthétiques contemporaines vécues lors d’un tout récent séjour indien. En effet, à l’initiative de ma remarquable mère que j’ai cette fois-ci suivi pour son annuelle retraite dans l’exotique sous-continent, j’ai passé la période de nos fêtes occidentales à Delhi où une dizaine de jours m’ont permis de jouir de l’actualité culturelle de la capitale tout en rencontrant quelques-uns de ses acteurs. Cette imprégnation citadine fut cependant agrémentée par deux échappées : Noël au Taj Mahal et la Saint Jean à Chandigarh. Ce premier volet s’attachera aux deux premiers jours de découverte de la mégalopole : d’un important lieu d’exposition publique à louer, nous nous rendrons chez une galerie spécialisée en photographie, puis enchaînerons quatre autres voisines qui ce concentre en un même quartier nommé Lado Sarai pour terminer dans les locaux d’un organisme associatif unique. Et je sacrifierai volontairement les nombreux temples, monuments et autres éléments du riche patrimoine local pour me concentrer sur ce qui participe activement du visage contemporain d’une Inde vertigineuse par les permanentes contradictions qui compose son paysage actuel.

Lo Real Maravillos à la Lalit Kala Akademi à Delhi

Lord Snowdon à la Photo Ink Gallery à Delhi

Kolkata Montage à la Indraprastha Gallery à Delhi

Unclaimed Spaces à la Threshold Gallery à Delhi

Sambit Panda à la Anant Art Gallery à Delhi

Alka Raghuvanshi à la Ragini Gallery à Delhi

1mile² chez Khoj à Delhi