archive

Archives Mensuelles: mars 2016

Le mot semble sortir d’un stade primitif de la langue. Et pour cause, il surgit directement du latin sans avoir été raffiné par les académiciens au fil des siècles. En comptabilité, il représente un élément d’une série, une unité d’un ensemble, un extrait prédisposé à finir en ready-made. Il est un article façonné par le marketing, pour le merchandising. Ça. La chose, le machin, le truc. Pareil et semblable aux autres de son genre. Idem.

Anthea Hamilton & Nicholas Byrne au Schinkel pavillon à Berlin

Ambiance d’aujourd’hui par Eva Taulois & It’s our playground à Mains d’œuvres à Saint-Ouen

Guillaume Constantin aux Ateliers Vortex à Dijon

Guillaume Bijl chez Nagel Draxler à Berlin

History of nothing par Hanna Gruy chez White cube à Londres

De toi à la surface par François Aubart au Plateau / Frac Ile-de-France à Paris

Becky Beasley chez Laura Bartlett à Londres

ambiance
Ambiance d’aujourd’hui à Mains d’œuvres – Crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Le vivant et le mécanique entretiennent une relation qui émoustillent nos imaginations. La modernité-même se nourrit des avancées techniques, quels qu’en soient les domaines. C’est ici l’étude de processus biologiques qui propulse l’amélioration de la technologie. En résulte nécessairement, un mimétisme passionnant, la machine copiant le corps jusqu’à nous faire croire l’inverse. Engins, appareils et robots interrogent alors la présence de l’humain dans un monde où se multiplient ses avatars artificiels. Nous restons pour l’instant bel et bien là, troublés par ce vertige existentiel.

Yngve Holen chez Modern art – Stuart Shave Gallery à Londres

François Kollar au Jeu de paume à Paris

L’art et la machine au Musée des confluences à Lyon

Photo waste à la Cabinet Gallery à Londres

Anatomie de l’automate par Paul Bernard – Mamco à La panacée à Montpellier

Tetsumi Kudo chez Hauser & Wirth à Londres puis à Zürich

Max Hooper Schneider chez High art à Paris

max
The extinction of neon 2, 167x106x61cm, acrylic terrarium, modeled landscape, used and broken neon signs, plastic flora, gallows structure, automotive detritus, steel chains, GTO wires, found objects, insect and animal matter, polymer resin, custom aluminum stand, 2015

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Terme vieilli du toucher, c’est le sens-même du contact. Il peine à trouver sa place dans le monde des arts visuels où règne l’œil. Cela devient d’ailleurs presque agaçant que d’autres organes cherchent à se glisser là où la jouissance du regard satisfait pleinement. La performance sait bousculer les hiérarchies en donnant forme au vivant et à sa capacité à prendre. La peinture toujours, émeut par la vivacité de certaines pattes, qui par la manifestation du trait de pinceau, sculpte l’épiderme de la toile. Alors que le doigté demeure une délicatesse plus qu’un attouchement concret, gardons les mains derrière le dos et les yeux bien ouverts.

Stuart Brisley à Draf – David Roberts art foundation à Londres

Performing for the camera à la Tate modern à Londres

Daria Martin à la Maureen Paley Gallery à Londres

Prière de toucher au Museum Tinguely à Basel

Helena Almeida au Jeu de paume à Paris

Henni Alftan à Iconoscope à Montpellier

Elizabeth Peyton à la Sadie Coles Gallery à Londres

henni
Henni Alftan, The auction, 73x92cm, huile, toile, 2015 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

C’est un tombeau vide. Les chairs organiques sont absentes en cet endroit. Le travail de mémoire agit exclusivement. La pierre y est seule. Elle signale sans attester. Aucune exhumation n’est envisageable. D’ailleurs le corps n’a peut-être jamais existé. La sépulture y est plus volontaire que jamais. La visibilité de l’édifice prime. Une remembrance obligée.

Warum ich mich in eine Nachtigall verwandelt habe au Kunstmuseum Lüzern à Lüzern

Eduardo Chillida chez Ordovas à Londres

Steve McQueen à la Galerie Marian Goodman à Paris

Alexandre da Cunha à la Thomas Dane Gallery à Londres

Momentary monuments au Migros museum à Zürich

Thomas Hirschhorn à la Galerie Susanna Kulli à Zürich

Danai Anesiadou à la Wilkinson Gallery à Londres

olsen
Henrik Olesen, Some gay-lesbian artists and/or artists relevant to homo-social culture born between c. 1300–1870, 2007 – Collection Migros museum, crédit photographique Nicolas Duc

Le numéro complet est disponible sur abonnement.