archive

Pontault-Combault

L’art du photographe n’a jamais consisté à appuyer sur un déclencheur, exclusivement. Et notre actuel environnement visuel exige de la part des auteurs contemporains, des engagements plus nets encore face aux qualités diverses de tant de stimuli. Baignant dans cette permanence et son incontournable connectivité, personne ne peut se gargariser de la naïveté de l’instant décisif seul. Trois semaines avant l’inauguration des Rencontres d’Arles et du régulier râle qui les accompagnait jusque-là, il est nécessaire d’inspirer un bon coup. De remarquables productions déterminent une géographie neuve dotée d’une dimension supplémentaire. Astucieuse, savante, cette énergie bouscule plusieurs facteurs inévitables tels que la platitude de l’écran et l’éminence du flux. Bienvenue à ces sculpteurs d’images.

Aurélie Pétrel au Centre d’art Albert Chanot à Clamart

Thomas Mailaender par Mad agency au 14 rue Popincourt à Paris

Juliana Borinski à L’assaut de la menuiserie à Saint-Étienne

À l’envers, à l’endroit… au Cpif – Centre photographique d’Ile-de-France à Pontault-Combault

Prix Oblick 2014 au Maillon Wacken dans le cadre du Festival Oblick à Strasbourg

La forêt usagère par Aurélien Mole à la galerie Dohyang Lee à Paris

Pierre Leguillon à la rotonde Balzac de l’Hôtel Salomon de Rothschild à Paris

marian

Marian Luft, Back2politics, 2014 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Il est intriguant de noter combien l’espace construit est source d’interrogation au sein de la création contemporaine. La prééminence de la ville en tant que motif m’avait particulièrement marqué à Delhi où la dimension urbaine, son développement et son occupation semblait prendre une envergure singulière auprès des artistes indiens. Ce numéro visera à approcher les images produites aujourd’hui, chez nous, pour représenter l’environnement bâti. La sélection s’articulera autour du portrait d’un architecte français dont l’œuvre fait actuellement l’objet d’une soudaine revalorisation publique.

Claude Parent à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris

Architecture en lignes au Mrac Languedoc-Roussillon à Sérignan

Eric Tabuchi à la Galerie DohYang Lee à Paris

Modélisme au Frac Limousin – Fonds Régional d’Art Contemporain à Limoges

Laurence Bonvin au Cpif – Centre Photographique d’Ile-de-France à Pontault-Comabault

Ian Wallace à la Galerie Yvon Lambert à Paris

Wilfrid Almendra à la Galerie BugadaCargnel à Paris

Nature, paysage, environnement. Notre promenade bucolique sous le signe de la chlorophylle évoquera certes un motif, sûrement un genre et certainement un engagement mais il s’agira plutôt de souligner à quel point l’artiste ne peut plus aujourd’hui peindre une feuille sans prendre position sur des notions écologiques. Représenter du végétal consiste actuellement à adopter une posture citoyenne, généralement condescendante face à notre planète condamnée. De la jungle au potager, divers degrés de culture s’échelonneront jusqu’à faire disparaître l’élément naturel, remplacé par son évocation urbaine à travers le recyclage, vert toujours.

Caroline Lejeune à la Galerie Odile Ouizeman à Paris

De Natura au Cpif  à Pontault-Combault

Patrick Cribier à l’Espace Electra à Paris

Nils-Udo à la Galerie Pierre-Alain Challier à Paris

Sabine Delcour à la Galerie Philippe Chaume à Paris

Stéphanie Nava à La Ferme du Buisson à Noisiel

Tatjana Doll à la Galerie Jean Brolly à Paris