archive

Archives de Tag: Victoria&Albert Museum

Il est de bon ton de différencier luxurieux de luxuriant. L’évidence de leur étymologie commune affirme une notion d’excès. Ainsi la luxure se livre sans retenue aux plaisirs sexuels alors que la luxuriance pousse en abondance. Chair et jungle. Du péché capital à l’envahissement végétal, demeure un élan fastueux. Une vigueur grimpe. La sève monte.

Tarsila do Amaral à MoMA à New York

Frédéric Houvert à La Serre à Saint-Etienne

Laure Prouvost chez Lisson à New York

Kiss off par Francesco Bonami chez Luxembourg & Dayan à New York

Sue Williams chez Skarstedt à New York

Rachel Kneebone au Victoria & Albert Museum à Londres

Pierre Klossowski chez Gladstone à Bruxelles

7c69b1df-96a3-46a9-8476-779334165f27
Tarsila do Amaral, Antropofagia, 126 x 142 cm, huile sur toile, 1929 – Acervo da Fundação Jose e Paulina Nemirovsky, em comodato com a Pinacoteca do Estado de São Paulo © Tarsila do Amaral Licenciamentos et The Museum of Modern Art

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Parce qu’il est difficile de revenir d’une telle ville, parce que l’offre approchée cet été y fut vraiment remarquable, et pour d’autres raisons qu’il est inutile de continuer à lister ici, voici une troisième chronique consacrée à la capitale des anglais. Ce ne sont pas cinq jours sur la grande île qui me permettront d’en énoncer définitivement le profil artistique. J’ai cependant été surpris par la constance d’une préoccupation : la qualité de l’Intérieur. Le traitement du domestique fut un sujet récurrent, au-delà des médiums, et des domaines. Il s’agit d’insister plus qu’ailleurs sur le bonheur d’être chez soi. Nous avons vu que la tradition toujours vive du portrait (Alice Neel, Lara Schnitger) place généralement la figure dans le paysage plus ou moins tranquille d’un foyer, que beaucoup d’artistes travaillent à la représentation d’un décor intime (James White, Karen Kilimnik, Ernesto Neto) et que les lieux d’exposition exploitent souvent cette dimension du logis, par leurs caractéristiques spatiales même (Raven Row, 176ProjectSpace, SouthLondonGallery, SerpentineGallery, The Approach). Aussi, la familiarité du domicile est toujours le cadre privilégié des étrangetés les plus inquiétantes. Profitons un peu de cette hospitalité, pour jouir plus encore du plaisir unique d’être chez l’autre, reçu.

The Sir John Soane Musuem à Londres

Jean Nouvel devant la Serpentine Gallery à Londres

The New Décor à la Hayward Gallery au SouthBank Centre à Londres

The Surreal House au Barbican Art Gallery à Londres

Richard Slee à la Hales Gallery et au Victoria&Albert Museum à Londres

Jens Risom à la Rocket Gallery à Londres

Tasters’ Choice à la Stephen Friedman Gallery à Londres