archive

Archives de Tag: Moma

Aucune nostalgie n’est valide ici, tant les temps auxquels référence est faite sont anciens. Le lointain temporel est tel, que généralement dans notre système, sa distance s’envisage par l’espace, vers l’extrémité pointillée gauche d’une ligne horizontale. Lorsque nous évoquons des mondes enfouis, c’est bien de géographie dont nous parlons. Alors les âges antédiluviens paraissent être d’autres planètes.

Jōmon à la Maison de la culture du Japon à Paris à Paris

Marguerite Humeau par Natalie Bell au New Museum à New York

Bianca Beck à la Rachel Uffner Gallery à New York

Oceania à la Royal Academy of Arts à Londres

Constantin Brancusi au MoMA Museum of Modern Art à New York

Sterling Ruby au MAD Museum for Art and Design à New York

Agnes Martin / Navajo Blankets chez Pace Gallery à New York

f378d12b-3d89-4ece-9f56-d16566655355
Sterling Ruby, Basin Theology/The Poacher, 52.1 x 101.6 x 109.2 cm, céramique, 2013 – Courtoisie du studio de l’artiste, crédit photographique Robert Wedemeyer

Publicités

Le corps synthétique fascine, avec la promesse de hisser l’humanité hors de son essence organique. Des fantasmes d’immortalité alimentent la possibilité déraisonnable de remplacer tout simplement, les parties défaillantes de l’organisme comme nous le ferions de toute invention mécanique. C’est une grammaire clinique qui se déverse ainsi sur un imaginaire vidant notre existence de sa chair.

Isa Genzken chez David Zwirner à New York

Alix Marie chez Roman Road à Londres

Cathy Wilkes à MoMA PS1 à New York

Tarik Kiswanson par Jesi Khadivi à la Fondation d’Entreprise Ricard à Paris

Jesse Darling chez Chapter NY à New York

L’institut d’esthétique pour Do Disturb au Palais de Tokyo à Paris

Hannah Levy chez Clearing à New York

38366227-9394-450a-8fca-e2e4a75d7f35
Alix Marie, La Femme Fontaine, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Roman Road, crédit photographique Ollie Hammick

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Il est de bon ton de différencier luxurieux de luxuriant. L’évidence de leur étymologie commune affirme une notion d’excès. Ainsi la luxure se livre sans retenue aux plaisirs sexuels alors que la luxuriance pousse en abondance. Chair et jungle. Du péché capital à l’envahissement végétal, demeure un élan fastueux. Une vigueur grimpe. La sève monte.

Tarsila do Amaral à MoMA à New York

Frédéric Houvert à La Serre à Saint-Etienne

Laure Prouvost chez Lisson à New York

Kiss off par Francesco Bonami chez Luxembourg & Dayan à New York

Sue Williams chez Skarstedt à New York

Rachel Kneebone au Victoria & Albert Museum à Londres

Pierre Klossowski chez Gladstone à Bruxelles

7c69b1df-96a3-46a9-8476-779334165f27
Tarsila do Amaral, Antropofagia, 126 x 142 cm, huile sur toile, 1929 – Acervo da Fundação Jose e Paulina Nemirovsky, em comodato com a Pinacoteca do Estado de São Paulo © Tarsila do Amaral Licenciamentos et The Museum of Modern Art

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

La réelle surprise quant à l’actualité artistique de la ville, fut la grande visibilité des productions photographiques. En effet, je ne pense pas avoir jusque-là parcouru une scène où le sensible médium bénéficiait d’une telle présence en galeries et musées. Alors qu’ailleurs, les clichés contemporains doivent, pour exister dans leur audace, se réfugier sur la blogosphère ou dans des éditions confidentielles, ils jouissent ici de circuits classiques, donc d’un marché qui les permettent. Les Etats-Unis sont intimement liés à l’Histoire de la Photographie, et cet art incarne une idée de la modernité bien assortie au propre développement du pays. Mais l’Europe et surtout la France ne sont pas innocentes dans cette aventure du papier impressionné. Je ne vois donc pas de raisons historiques évidentes à mon constat. Un premier voyage n’autorise pas à généraliser de la sorte, et il faudra à l’avenir préciser mon hypothèse pour définir si cette heureuse omniprésence fut circonstancielle, ou si elle trouve vraiment là, un terreau fertile à sa persistance.

Night Vision au Met à New York

Sigmar Polke à la Galerie Leo Koenig à New York

Boris Mikhailov au Moma à New York

Laurel Nakadate à la Leslie Tonkonow Gallery et au P.S.1 à New York

Roe Ethridge à la Andrew Kreps Gallery à New York

Ilit Azoulay à la Andrea Meislin Gallery à New York

Praxis à la Elizabeth Dee Gallery à New York