archive

Archives de Tag: Friche Belle de Mai

Elle marque une signature d’un coup de patte. Férocement couture, cette manifestation de soi ne se restreint pas pour autant à la mode-même. Ce sont au contraire ses marges qui l’intéresse. D’obédience féline, ça égratigne. Et assure une influence folle. En bijouterie, l’élément permet de sertir une pierre précieuse. Partout ailleurs, la vigueur du style libère les silhouettes sauvages.

Jean Hugo pour Design Parade 2019 à la villa Noailles à Hyères

Into the Night par Florence Ostende à la Barbican Art Gallery à Londres

Paul Maheke à Triangle France | Astérides à Marseille

Honey-Suckle Company à l’ICA Institute of Contemporary Arts à Londres

Oskar Schlemmer à la Galerie Thaddaeus Ropac à Londres

Thema Selection par Provence pour Art-O-Rama 2019 à Marseille

Tenant of Culture chez Nicoletti à Londres

0629a908-4b33-46a3-89af-d3cc4df494bb
Tenant of Culture, Eclogues 1, 168 x 40 x 27 cm, vêtements et accessoires recyclés, fils, cheveux humains, plâtre, argile époxy, peinture, vernis, 2019 | Courtoisie de l’artiste et Nicoletti (Londres)

L’origine de l’expression dans la langue française semble varier d’une référence à l’autre, attestant dans tous les cas de plusieurs siècles de placidité. Ce tempérament s’oppose à l’ardeur grandiloquente, et impose un calme horizontal. L’apparente impassibilité ne doit pas faire croire à une immobilité pour autant. L’action s’opère avec fermeté et assurance. Parfois dans la froidure.

Anna K.E. au Pavillon géorgien | Arsenale à Venise

Mark Geffriaud à l’URDLA à Villeurbanne

mountaincutters pour Art-O-Rama 2019 à Marseille

Liz Magor chez Marcelle Alix à Paris

Garance Wullschleger à l’Ensba – Ecole nationale supérieure des beaux-arts à Lyon

Graham Little à la Alison Jacques Gallery à Londres

Geumhyung Jeong à la Kunsthalle Basel à Bâle

d74c6f8d-1040-45b1-b84c-7a49cba18d39
Graham Little, Untitled (Telephone), 26.6 x 22 cm, gouache sur papier, 2019 | Courtoisie de l’artiste et Alison Jacques Gallery (Londres)

Il est devenu commun aujourd’hui d’envisager les choses selon l’état liquide. Flux et débit contribuent à l’inondation d’informations qui nous imbibe. La fluidité des genres, des transports, des autorités, semble régner par son horizontalité, plutôt sereine. L’image d’une eau calme, réconforte. Tout au plus, elle coule, dans sa matière lisse et métallique. Portons plutôt notre intérêt sur la partie de ce flot qui mousse, qui s’échappe nécessairement du courant car elle demeure agitée. Une marge continue bien à exister, plus organique que numérique. Par une vapeur, par une sueur, elle enrage discrètement. Sa légèreté est grave.

Jesse Darling par Céline Kopp pour Triangle France à la Friche la Belle de Mai à Marseille

SportCult à team (gallery, inc.) à New York

Aube immédiate, vents tièdes par Victorine Grataloup & Diane Turquety à Mécènes du Sud Montpellier-Sète à Montpellier

Zoe Leonard chez Hauser & Wirth à Londres

Fendre l’air par Stéphane Martin au musée du quai Branly à Paris

Jean Painlevé chez Air de Paris à Paris

Forrest Bess à Stuart Shave / Modern Art à Londres

3cc6559b-20b3-4215-b850-7081d4e6a500
Jesse Darling, vue de l’exposition « Crevé », Triangle France, Marseille, 2019 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur demande

Mon fils de cinq ans bla bla bla. La ritournelle reste courante. Et voilà en un mot, l’insulte employée pour définir la bouillie que certains spectateurs prétendent identifier. Le terme relève d’un degré plus péjoratif encore que le gribouillis, reconnaissant à minima, lui, une notion de dessin. Là c’est de la pure tambouille.

Per Kirkeby à la Michael Werner Gallery à Londres

Katy Moran chez Modern Art / Stuart Shave à Londres

Case study par Isabelle Cornaro à la Galerie Balice Hertling à Paris

Marcelle Alix pour Art-O-Rama à La friche La belle de mai à Marseille

Retour de Brooklyn par Bernard Collet à La villa Balthazar à Valence

Trudy Benson à la Galerie Ceysson & Bénétière à Paris

Ida Ekblad à la Galerie Max Hetzler à Paris

5728ea67-e7da-42e0-ab8e-422b3ecdc637
Per Kirkeby, Plate VII, 116 x 95 cm, huile sur toile, 1981 – Courtoisie de Michael Werner Gallery

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

La température monte. Les pores gonflent. La vision se trouble. Il fait trop chaud et le corps entier réagit à cette condition. L’impatience s’installe. L’irritation est facilitée. Si elle devient une vague extrême de nos étés, ses conséquences ne relèvent peut-être pas d’une histoire de réchauffement seul. Car comme le rappelle sa racine latine, elle désigne l’étoile principale de la constellation du Grand Chien. En période de grosse chaleur, cet astre se lève et se couche précisément avec le soleil. L’ardeur en est plus cosmique encore. Littéralement, c’est une petite chienne.

Sueurs chaudes par Julia Marchand à South Way Studio à Marseille

Julie Béna par  Juliette Desorgues & Steve Cairn à l’Ica – Institute of contemporary arts à Londres

We do not work alone pour Art-O-Rama à La friche La belle de mai à Marseille

Vava Dudu au Salon du salon à Marseille

2037″ par Yoann Gourmel & Élodie Royer à Doc à Paris

Jonathan Baldock à CPG London à Londres

Vol.4 – Le laboratoire par Marie Madec pour Sans titre (2016) à Marseille

d3cf3acc-1f01-43f2-a911-fb469f0c209a
Julie Béna, Have you seen Pantopon Rose?, Ica London, 2017 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Cravache en main, nous voilà partis pour une cavalcade, galopant dans le delta du Rhône comme dans l’histoire de l’art. Nous sommes des aventuriers, devant nous restaurer dans des cabanes de fortune pour mieux continuer à tracer dans les grandes plaines picturales.

Western camarguais par Estelle Rouquette & Sam Stourdzé à L’église des frères prêcheurs à Arles

Melodrama, act 1 par Francesco Bonami chez Luxembourg & Dayan à Londres

Etel Adnan à la Serpentine Sackler gallery à Londres

Matali Crasset par Le vent des forêts à La ghe(os)t house de La synagogue de Delme à Delme

Raoul Reynolds : une rétrospective à La friche La belle de mai à Marseille

Lady liberty par Luce Lebart & Sam Stoudzé au Musée départemental de l’Arles antique à Arles

Pétrel Roumagnac à la Galerie Escougnou-Cetaro à Paris

3929e711-1205-42af-86a0-e10f637581e0
Stéphanie Cherpin & Émilie Perotto, Que je nettoie ses os de leur chair, d’un trait de langue ! – détail, acier, chambre à air, chaussures, crépi, peinture, os, 2016 – Courtoisie des artistes  

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Interface matérielle de contrôle d’un système électronique. Plan horizontal servant à porter des objets décoratifs. Cette polysémie opportune permet d’associer les domaines de la technologie et de l’ameublement. L’occasion aussi, en posant l’une sur l’autre, d’observer l’actualité de l’objet télé, son contenu, son environnement. Aujourd’hui éloigné des ondes hertziennes obsolètes, noyé parmi les autres canaux médiatiques, le petit écran a perdu sa suprématie totémique dans les familles. Sa réalité contemporaine correspond d’ailleurs davantage à une certaine tonalité qu’à un boîtier cathodique. Une certaine nostalgie demeure associée au potentiel futuriste qu’il annonçait, celui du règne des écrans. Reste à leur trouver où trôner.

Laure Prouvost par le Frac Bourgogne au Consortium à Dijon

Benjamin Valenza par Triangle à La friche La belle de mai à Marseille

Rafaela Lopez, Baptiste Masson & David Perreard à Art-o-rama #10 à Marseille

Pierre Paulin au Centre pompidou à Paris

Salon d’été par Crèvecoeur à Art-o-rama #10 à Marseille

Being there par Matt Williams à Vilma Gold à Londres

Superstudio par le Frac Centre Val-de-loire au Frac Languedoc-Roussillon à Montpellier

8130eace-ca1d-4a89-92b2-289efde71a89
Rafaela Lopez, Baptiste Masson & David Perreard à Art-o-rama #10 – Courtoisie des artistes, crédit photographique Jean-Christophe Lett

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Mon malaise vis-à-vis de l’art dit brut ne s’estompe pas. Parlons donc ici plus généralement d’extravagance, d’obstination à s’engager activement dans la folie d’une entreprise tangente. Je prends ainsi plaisir à associer de prétendues naïvetés à des entêtements déterminés. D’exécution plutôt fastidieuse, ces œuvres partagent l’évidence d’un don de soi. Toujours, elles produisent une fascinante incompréhension.

Élévations au Château à Hauterives

Raúl Illarramendi à la Galerie Karsten Greve à Paris

Alfred Wallis à la Modern art gallery à Londres

Gilles Barbier à la Friche belle de mai à Marseille

Henry Darger au Mamvp – Musée d’art moderne de la ville de Paris à Paris

Gelitin à la Massimo de Carlo Gallery à Londres

Pierre Molinier à la Richard Saltoun Gallery à Londres

raul
Raúl Illarramendi, EA-P 181 (toi moi), 584x470cm, crayons de couleur, fusain, gouache, toile, 2015 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Karsten Greve, crédit photographique Nicolas Brasseur

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Des effluves méditerranéennes nous arrivent de la côte. Humour et décontraction se couvrent légèrement de couleurs assumées, pour se pavaner sans gênes. L’atmosphère, indépendamment de tout, se gargarise de températures clémentes, de cette permanente douceur du climat. La langueur est inévitable. Monaco est tout proche. La Californie n’est pas si loin.

Art-o-rama 2015 à La cartonnerie à La friche La belle de mai à Marseille

Brian Calvin par Eric Troncy au Consortium à Dijon

Mira Dancy à la Galerie Hussenot à Paris

Le sommeil de plâtre par Frédéric Houvert à La mezz à Pierre-bénite

Antoine Grulier & Pierre Pauselli à la Galerie des grands bains douches de la plaine à Marseille

Julie Digard par Moly-Sabata à La serre à Saint-étienne

Alistair Forst à la Galerie Torri à Paris

christian
Christian Newby, Art-o-rama, 2015 – Courtoisie de l’artiste et Space in between

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Il est la preuve d’un livre ouvert. La lecture est en cours. C’est une littérature en action. Traditionnellement ruban souple caressant la surface sèche du papier, n’importe quel élément peut finalement faire office de repère, pourvu que nous retrouvions l’endroit où l’absorption fut suspendue. Il nous laisse entre les pages.

Suzanne Lafont au Carré d’art à Nîmes

Marcelline Delbecq à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris

Pliure – Prologue (La part du feu) à la Fondation Calouste Gulbenkian à Paris

Juan Araujo à la Stephen Friedman Gallery à Londres

John Baldessari à la Galerie Marian Goodman à Londres

Barbara Krüger à la Skarstedt Gallery à Londres

Moucharabieh par Dorothée Dupuis, Céline Kopp & Sandra Patron à Triangle France à Marseille

suzanne
Suzanne Lafont, Index – extrait, 40′, diaporama numérique, 2014 – Courtoisie de l’artiste et Erna Hecey Office

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Cet adjectif m’a toujours fasciné. Trois lettres et la certitude aujourd’hui d’être incompris. Le mot dût pourtant fréquenter régulièrement les lèvres des chevaliers. Il surgit dans la langue médiévale à partir de la racine latine de la quiétude. Et cette origine persiste dans son équivalent anglais, quiet. Le calme muet qu’il désigne relève du repos gisant. Ne pas déranger. L’obsolescence lexicale déteint sur l’état-même de l’objet en question, déjà oublié. L’inertie, le silence et la discrétion le maintiennent dans une apparente insignifiance. Sa présence reste indéniable. Elle participe du règne minéral, et jouit de cette temporalité non humaine. Elle ne bouscule rien, et détient de ce fait un pouvoir passif déroutant. Elle est.

Margaret Honda par Tenzing Barshee pour Triangle France à La friche Belle de mai à Marseille

Trisha Donnelly à la Galerie Air de Paris à Paris

João Maria Gusmão + Pedro Paiva au Camden art centre à Londres

Roc par Hugues Reip à la Galerie du jour – agnès b. à Paris

Pieter van der Schaaf à la Galerie Jeune Création à Paris

Pierre Vadi au Centre culturel suisse à Paris

Une robe d’empathie profonde à la Galerie Samy Abraham à Paris

sculptures
Margaret Honda, Sculptures, 2015 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Un peu triste cette fois. Et pourtant il faut savoir exprimer cela aussi. Avec colère peut-être, voilà plusieurs témoignages qui formulent des conséquences graves. La source, le mal, ne sera pas toujours pointée, ni même identifiée parfois. Décombres matériels, victimes humaines. De la destruction, cette sélection en alterne le survol documentaire et la facture viscérale.

After the flash à la Work Gallery à Londres

Wolf Vostell à la Galerie Anne de Villepoix à Paris

Anselm Kiefer à The royal academy of arts à Londres

Ce que raconte la solitude dans le cadre d’Art-o-rama à La friche Belle de mai à Marseille

Joana Hadjithomas & Khalil Joreige par Éric Mangion à La villa arson à Nice

Tracey Emin à la White cube Gallery à Londres

Miriam Cahn au Centre culturel suisse à Paris

Messages envoy&AOk-s-4209

Bas Jan Ader, I’m too sad to tell you, film, 1970

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Cela fait des années maintenant qu’elle est devenue notre signal. Annonçant la rentrée grâce à la charnière judicieuse qu’elle a choisi d’occuper dans le calendrier, Art-o-rama rayonne pour sa septième édition, depuis son sud originel. La foire fut initiée bien avant que Marseille ne subisse son titre capital, et reste une référence d’exigence sur ce territoire-là. L’intitulé de ce numéro emprunte une rareté lexicale à la terminologie de la Grèce antique. Pour la poésie hellénique, le [prooimon] désigne le prélude des joueurs de lyre. Réjouissons-nous de la reprise des activités de ceux qui les avaient suspendues, avec, sous le signe de cette fantaisie méditerranéenne, une sélection méridionale associant monographies phares du marché français, élans plus prospectifs et présentations collectives prestigieuses.

Art-o-rama #7 par Jérome Pantalacci à La cartonnerie à La friche La belle de mai à Marseille

François Morellet au Box – Fonds M-arco à Marseille

Xavier Veilhan au MaMo – Marseille Modulor à Marseille

Les archipels réinventés #2 par Emma Lavigne au Centre de la vieille charité à Marseille

Design parade #8 – Concours par Jean-Pierre Blanc à la villa Noailles à Hyères

Émilie Perotto au Château de servières à Marseille

Le Château La Coste au Puy-sainte-réparade

Tous les messages-10742

Davide Balliano, Deidamia attacked by a centaur, 57x47cm, acrylique,
tirage argentique, 2009 – Courtoisie de l’artiste et la galerie Rolando Anselmi

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Marseille n’est pas une capitale. La ville travaille pour légitimer son titre vis-à-vis de la culture, mais cela ne passe clairement pas par un engagement ambitieux en faveur de l’art. Cela n’empêchera personne d’y passer un séjour heureux. J’ai voulu témoigner de la teneur de l’évènement inaugural, et surtout, rendre compte face à une politique municipale repoussante, de plusieurs initiatives marseillaises qu’il faut sortir de l’amalgame. Oui, depuis l’annonce de cette nomination, l’intitulé sonne comme une antithèse. Je refuse pour autant de stigmatiser les réussites qui émergent de ce contexte noueux. Malgré l’apparent boycott de beaucoup de structures locales spécialisées que la manifestation fragilise plutôt qu’elle ne les soutient, un contre-itinéraire prodiguait quelques excitations absentes de l’offre artistique officielle. Nous n’en sommes qu’à l’ouverture et une programmation animera toute l’année la métropole et sa Provence environnante. Mieux vaut en ce qui nous concerne, patienter jusqu’à la fin du printemps pour y retourner avec l’éclosion de projets complémentaires, menés entre autres par le Frac Paca. Car la majorité des équipements sont encore en chantier, l’essentiel étant qu’ils servent rapidement la magnétique cité phocéenne.

Prix La photographie – Maison blanche #2 à la Galerie Mad à Marseille

Josef Koudelka au Centre de la Vieille Charité à Marseille

Toulousaines par Michel Metayer à Hlm – Hors les murs à Marseille

Capitale(s) à la Galerie Gourvennec Ogor à Marseille

L’art à l’endroit par Xavier Douroux dans l’espace public et parfois privé à Aix-en-Provence

Ici, ailleurs par Juliette Laffon à la Tour-Panorama – Friche la Belle de mai à Marseille

Mona Hatoum par le Frac Paca à la Chapelle des pénitents noirs à Aubagne

Messages envoy&AOk-s-1438

> Sylvain Couzinet Jacques, Palm trees #7, 2011 – Courtoisie de l’artiste

D’emblée, son nom annonce une forme de plénitude, la promesse d’un équipement optimal, la circulation des fluides et des énergies d’un temps. Ce complexe transdisciplinaire a été initié à Poitiers en 1985 après quelques années d’expérimentations nomades. La plateforme gérée par une association tentaculaire supporte plusieurs structures et en héberge d’autres encore, avec pour double axe, la musique et les arts plastiques. Bien que nous nous concentrerons sur l’aspect visuel de cette entité, son centre d’art garde toujours en mémoire le contexte où il prend place, foncièrement sonore, trempé de vibrations prospectives et excitées. Cette identité concilie depuis ses débuts les plaisirs de l’œil et de l’oreille, devançant la mode de la plastique sonore, d’où sa maturité et son aisance en la question. Ce numéro sera donc intégralement consacré aux activités de l’endroit poitevin qui sut s’exporter en multipliant les projets hors-les-murs, et fait rayonner l’actualité des artistes qui jouirent de sa commodité.

Le Parking de sculptures dans la cour du Confort Moderne à Poitiers

Charlotte Moth à la Galerie Marcelle Alix à Paris

Le Confort Moderne par Mathieu Copeland au Confort Moderne à Poitiers

Jacques Villeglé au [mac] – Musée d’art contemporain à Marseille

Off modern par Le Confort Moderne dans le cadre d’Art-o-rama à La Cartonnerie à Marseille

Florian & Michael Quistrebert à la Galerie Crèvecoeur à Paris

Lost marbles par Yann Chevallier à La Marbrerie à Montreuil-sous-bois

charlotte
Charlotte Moth, ..this was the plane – the variously large and accentuated, but always exactly determined plane – from which everything would be made.., 123×180.5cm, tirage argentique sur dibond, 2012 – Courtoisie Galerie Marcelle Alix Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

La Méditerranée en septembre retient encore un peu l’Eté. Cette étrange période s’inscrit entre deux saisons en compilant le meilleur de chacune. Nice et Marseille offrirent à ce moment-là une jolie actualité. Nous connaissons déjà la première ville pour son musée d’art moderne et contemporain, son école et son centre d’art, lieux remarquables qui récompensent largement les heures de TGV nécessaires pour atteindre ce Sud-Est. Et la seconde, bien qu’elle n’évoque pas spontanément une capitale de la création contemporaine, se transforme, une fin de semaine par an, en une excitante plateforme qui dynamise la scène locale. S’il n’y a qu’un week-end durant lequel séjourner dans le coin, c’était bien celui-là.

Roman Ondak à la Villa Arson à Nice

Cai Guo-Qiang au Mamac à Nice

Vanessa Santullo à la Galerie Arnaud Deschin à Marseille

Valère Costes à la galerieofmarseille à Marseille

L’exposition exposée par Astérides à la Friche Belle de Mai à Marseille

Prendre la porte et faire le mur par Florence Ostende  Frac Paca à Marseille

Art-o-rama #4 par Jérome Pantalacci à la Cartonnerie à la Friche Belle de Mai à Marseille

Un récent séjour me permit de parcourir l’actualité d’un certain bord de la Méditerranée, le lendemain-même de la révélation messine. Le passage de la Lorraine à la Provence s’effectua en quelques heures, grand écart arc-en-ciel entre le soleil du Nord et la pluie méridionale. Mon premier rapport d’alsacien avec ce Grand Sud m’autorisera le barbarisme de notre intitulé qui documentera une sélection d’expositions niçoises, inclura le Festival International de Mode et de Photographie ainsi que quelques évènements du Printemps de l’Art Contemporain à Marseille.

Wim Delvoye au Mamac à Nice

Double Bind par Dean Inkster, Eric Mangion et Sébastien Pluot à la Villa Arson à Nice

Hyères 2010 à la Villa Noailles à Hyères

Matthieu Clainchard par Triangle à la Friche La Belle de Mai à Marseille

Archist Paysage – La Clarté du Labyrinthe aux Grands Bains Douches de la Plaine à Marseille

Géraldine Lay à l’Atelier de Visu à Marseille

Derrière la forme / douces combinaisons à la Galerie Bonneau-Samames à Marseille

Promenade méridionale en ce fin d’automne si doux, ce numéro revient sur un récent séjour à Marseille, Nîmes, Montpellier et Sète, en s’attachant aux actualités artistiques du coin. Deux jours bien denses m’ont permis d’approcher une vingtaine d’évènements tout en saluant d’enthousiasmants éditeurs par-ci, un artiste en résidence par-là, heureux de cette dimension humaine qui condimente l’engagement culturel que je partage ici. Et toujours, cette interrogation inquiète lorsque je regarde par la fenêtre du Tgv approchant de la Méditerranée : arriverai-je cette fois-ci, traversant le paysage aixois que l’on ne voit plus autrement, à identifier la Montagne Sainte Victoire de Paul Cézanne ?

Sarkis à la Galerieofmarseille à Marseille

De la scène au tableau au Musée Cantini à Marseille

Marie-Ange Guilleminot chez Territoires Partagés à Marseille

Swing à la Friche Belle de Mai à Marseille

Projections au Carré d’Art à Nîmes

Show Room #4 Dessins à la Galerie Boîte Noire à Montpellier

Etienne Bossut au Crac Languedoc Roussillon à Sète