archive

Archives de Tag: Galerie Xippas

On l’a ou pas. Ça tient. Ça tombe. L’équilibre est une quête, plus rarement un constat. La stabilité qu’il suppose est la condition de la station verticale. Plutôt précaire, il reste un spectacle permanent. La gymnastique du funambule fascine. Cela demande une répartition savante et intuitive du poids des choses et oblige à des appuis de confiance. Et peu importe les moyens, au final c’est un juste rapport entre tout, une pondération des parties d’un ensemble, une répartition égale, une aisance. L’harmonie. Ou le mystère d’être debout.

Alexander Calder & Fischli/Weiss à La fondation Beyeler à Riehen

Jean-Charles de Quillacq à la Galerie Marcelle Alix à Paris

Groupe mobile à La villa Vassilieff à Paris

Sophie Bueno-Boutellier par Dorothée Dupuis à La fondation d’entreprise Ricard à Paris

Atrio e peristilo da casa dos amores douradosr à la Galerie Vera Cortês à Lisbonne

Lygia Clark à la Alison Jacques Gallery à Londres

Farah Atassi à la Galerie Xippas à Paris

jeancharles1
Jean-Charles de Quillacq, Blue-jean, 80x60x90cm, encre bic, résine acrylique, 2015 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Marcelle Alix, crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

 

Ouverture ménagée pour faire respirer une zone autrement privée de lumière, cette bouche est une interface avec l’extérieur. Elle demeure l’instrument du souffle, propice au courant d’air. Sa béance nécessite l’applique d’un filtre, grille autant technique que décorative. Écran, châssis, treillage, ces incontournables croisillons découpent en permanence la perspective, peu importe le côté de la lucarne où l’on se trouve.

Noël Dolla à la Galerie Bernard Ceysson à Paris

Blind architecture par Douglas Fogle à la Thomas Dane Gallery à Londres

Eva Nielsen à l’Espace d’art Camille Lambert à Juvisy-sur-orge

Simon Hantaï à la Timothy Taylor Gallery à Londres

Maisons fragiles à la Hauser & Wirth Gallery à Londres

Sergej Jensen à la Dépendance Gallery à Bruxelles

Dan Walsh à la Galerie Xippas à Paris

eva
Eva Nielsen, Roskilde, encre, acrylique, sérigraphie, toile, 2015 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le placement du mobilier, l’ajout de cloisons, le choix de la couleur des murs ou la coordination des textiles sont généralement relégués au bas de la hiérarchie du bâtiment, couche superficielle qui vient vernir toute construction en sa face interne. L’ambition moderniste bouscula pourtant ces échelons avec la perspective d’un art total qui engloberait le monde dans ses moindres détails, du gros œuvre à la finition la plus accessoire. Aujourd’hui dans les arts plastiques, le vocabulaire de la décoration poursuit sa revanche.

Franz West au Mmk – Museum für moderne kunst à Frankfurt-am-main

Display@ à la Galerie Hussenot à Paris

Decorum par Anne Dressen au Mamvp – Musée d’art moderne de la ville de Paris à Paris

Michel Aubry au Crédac – Centre d’art contemporain à Ivry-sur-seine

After à la Galerie Jgm à Paris

Farah Atassi à la Galerie Xippas à Paris

Claude Rutault à la Galerie Perrotin à Paris

Messages envoy&AOk-s-2763

Pae White, Berlin B, 290x440cm, coton, polyester, toile, 2012

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

La scène suisse demeure fascinante. Il est impensable d’associer l’excellence à une nationalité. Je dois tout de même remarquer qu’une majorité des artistes qui proviennent de cet étrange pays partagent une exigence très appréciable. Mais peut-être qu’à vouloir faire tout juste, on reste dans une moyenne honorable, qui ne s’autorise cependant pas l’extravagance de l’exception. Je pourrai régulièrement faire un focus sur des artistes helvètes, jouissant d’une visibilité internationale, et régulière. Mais c’est l’actualité parisienne de l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne qui me décida à formuler ce numéro, pour honorer cette structure au rayonnement incontournable.

John Armleder à la Galerie ColletPark à Paris

Roman Signer à la Galerie Art:Concept à Paris

L’Ecal à Paris à La Cité internationale des Arts et à la Galerie Kreo à Paris

Denis Savary à la Ferme du Buisson à Noisiel

Arnold Odermatt à la Galerie Georges-Philippe&Nathalie Vallois à Paris

Davide Cascio à La Chambre à la Galerie Xippas à Paris

Beni Bischof à The Institute of Social Hypocrisy à Paris

Reste encore un petit complexe de français, honteux des récentes années où il discrédita la peinture, qui se penche aujourd’hui sur ce médium en essayant de limiter son apitoiement, comme si peindre avait toujours été à la mode dans notre pays. Voilà une sélection d’expositions composant l’actualité peinte des galeries de la capitale. Si ce numéro existe, ce qu’un militantisme même infime cherche à assurer que 2011 produit toujours des toiles, au cas où des doutes subsisteraient encore.

Autour de la peinture… à la Galerie Farideh Cadot à Paris

Jonathan Messe à la Galerie Daniel Templon à Paris

Martin Kasper  à la Galerie Eric Mircher à Paris

Farah Atassi à la Galerie Xippas à Paris

Anne Brégeaut chez Semiose Galerie à Paris

Sylvie Fanchon à la Galerie Bernard Jordan à Paris

Daniel Lergon à la Galerie Almine Rech à Paris

L’actualité politique de l’Iran cristallise l’attention des médias depuis plusieurs semaines, affirmant un esprit révolutionnaire par la protestation d’une partie de la population défendant l’intégrité de son droit de vote. Simultanément dans une galerie parisienne, s’ouvre la troisième notable exposition de groupe consacrée aux artistes iraniens, depuis le début de l’année dans notre capitale. C’est l’occasion de revenir sur une série de manifestations tant monographiques que collectives qui participent depuis quelques mois à offrir une visibilité accrue à la scène artistique iranienne, indigène ou expatriée. Annoncée par le film Persepolis de Marjane Satrapi qui vulgarisa généreusement l’histoire récente de l’Iran sous l’angle d’une autobiographie au graphisme radical, l’engouement pour la culture perse, ses traditions et sa modernité, bousculée par une succession de régimes, fut d’abord initiée dans son acceptation contemporaine par quelques institutions étrangères, ailleurs. Paris s’est rattrapé, avec cette série d’évènements qui fleurirent pendant le printemps dont voici ici la sélective rétrospective.

Heydar Ghiai à la Cité Internationale Universitaire à Paris

Raad o Bargh à la Galerie Thaddaeus Ropac à Paris

Behdjat Sadr à la Galerie Frédéric Lacroix à Paris

Ghazel par Léonor Matet dans le Vestibule de la Maison Rouge à Paris

Aryanpour – Hassanzadeh – Emad – Morshedloo – Rahbar à la Galerie Ghislaine Hussenot à Paris

Raha Raissnia à la Galerie Xippas à Paris

L’Iran sans frontières à la Galerie Almine Rech à Paris