archive

Archives de Tag: Musée de la vie romantique

L’opération artistique est par définition, une chasse. Elle vise la capture d’une cible intentionnelle. L’artiste développe alors pour piéger au mieux ses sujets, des stratégies finement élaborées. Ici les filets sont manifestes. Nous séparant du désirable gibier, différentes embûches font surfaces.

Phoebe Unwin à la Wilkinson gallery à Londres

Steven Claydon au Centre d’art contemporain à Genève

Moving in space au Tajan art studio à Paris

Tim Eitel à la Galerie Jousse entreprise à Paris

Visages de l’effroi au Musée de la vie romantique à Paris

Haris Epaminonda au Plateau Frac Île-de-france à Paris

Amélie Bertrand à la Semiose galerie à Paris

steven
Steven Claydon, Porte (MT) – détail, acier thermolaqué, résine, 2015 – Courtoisie de l’artiste, production du centre d’art, crédit photographique Annik Wetter

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Des contours d’un meuble à la ligne de l’horizon, se décline une série d’échelles qui place l’homme en sa perspective. Domestiquant tout par sa simple sédentarisation, celui-ci utilise ou contemple, la parcelle qu’il s’est approprié ou au contraire le reste du monde qu’il lui convient de conquérir. Depuis les cabinets d’études ouatés jusqu’aux étendues fabuleuses, nous nous aventurerons sans chronologie du dix-neuvième au seizième siècle, selon le filtre du vingt-et-unième que, d’une année l’autre, nous qualifions toujours plus. Face à l’intérieur, l’extérieur demeure cette contrée où règne l’inexploré qui fascine tant.

Louis Gary par Agnès Aubague & Thomas Lanfranchi au Bureau à Paris

Intérieurs romantiques au Musée de la vie romantique à Paris

Tomaso de Luca par Marcello Smarrelli à l’Istituto Italiano di Cultura di Parigi à Paris

Georges Dupire à la Galerie Design-e-space à Paris

Chemin d’art 2012 par Christian Garcelon dans la ville de Saint-Flour

Plamen Dejanoff par Florence Derieux au Frac Champagne-Ardenne à Reims

Fables du paysage flamand au Palais des beaux-arts à Lille

Messages envoy&AOk-s-1370

> Louis Gary, Pb, 24x26x13cm, bouleau, aggloméré, peinture, stratifié, pomme, banane, 2011

De récentes expériences m’ont secoué par leur gravité délectable. Toutes lyriques à différentes échelles, ces circonstances étaient auréolées c’est vrai, d’un vernis patrimonial qui décuple souvent le magnétisme de la splendeur. Je décline ici une nouvelle déclaration de ma passion pour la rigueur. Et ces sept contextes nous enseignent une fois de plus, la leçon de l’exigence exigée.

Cecil Beaton au V&A – Victoria & Albert Museum à Londres

Is resistance useless ? à la Galerie Marcelle Alix à Paris

Charles & Marie-Laure de Noailles – Une vie de mécènes à la Villa Noailles à Hyères

Un Nouveau Festival au Centre Pompidou à Paris

Théâtres romantiques au Musée de la Vie romantique à Paris

Ulla von Brandenburg chez Rosascape à Paris

Einstein on the Beach par Robert Wilson au Corum – Opéra Berlioz à Montpellier

En pied, en buste, auto, robot, de trois-quart, face ou profil, c’est le genre typique de la reconnaissance. Généralement focalisé sur le visage, il porte une dimension politique indéniable, multipliant l’autorité du modèle en un clone à jamais immortalisé. Il installe une identité. Sa particularité demeure de figer une personne en une chose, qui lui survivra.

Patrick Faigenbaum au Musée de la vie romantique à Paris et au Point du Jour à Cherbourg

Diane Arbus au Jeu de Paume à Paris

Antoine Marquis à la Galerie Crèvecoeur à Paris

Anouk Kruithof au Petit Endroit à Paris

Pierre David au Musée du Nouveau Monde à La Rochelle

FotoRio à la Mep – Maison européenne de la photographie à Paris

Georges Tony Stoll à La Galerie à Noisy-le-Sec