archive

Archives de Tag: MMK – Museum für Moderne Kunst

Elle est une punition pour certains, une récompense pour d’autres. Sa double nature éducative et érotique, en fait un sujet moral sulfureux. L’administration de coups sur le postérieur avec ou sans instruments entraîne une stimulation physique provoquant une diversité trouble de conséquences. La violence, le pouvoir et le plaisir s’imbriquent selon des combinaisons suffisamment mystérieuses pour qu’il venir à en légiférer. Ainsi la châtiment corporel en sphère familiale se voit interdit dans plusieurs sociétés, alors que diverses périodes en célèbrent la pratique thérapeutique, notamment pour dissiper la fièvre ou guérir la torpeur. Une forme de satisfaction existe par ailleurs pour celui qui la donne, ne serait-ce que par l’évidence de son autorité. La correction implique la discipline.

Cady Noland par Susanne Pfeffer au MMK Museum für Moderne Kunst à Francfort

Position latérale de sécurité par Guslagie Malanda & Lucas Morin à Bétonsalon à Paris

Xinyi Cheng par Antenna Space pour Condo London 2019 chez Carlos/Ishikawa à Londres

Swingers par Martha Fleming-Ives & Monika Senz chez Greene Naftali à New York

Stéphane Mandelbaum par Anne Monfort au Centre Pompidou à Paris

Tainted love / Club Edit par Yann Chevallier à la Villa Arson à Nice

Diego Bianchi à la Galerie Jocelyn Wolff à Paris

72d1b1c9-2737-4294-8ae0-52bfec2f7f5b
Xinyi Cheng, Coiffeur, 60 x 50 cm, huile sur lin, 2017 – Collection Artemis Baltoyanni (Athènes), courtoisie de l’artiste, crédit photographique Aurélien Mole

Le placement du mobilier, l’ajout de cloisons, le choix de la couleur des murs ou la coordination des textiles sont généralement relégués au bas de la hiérarchie du bâtiment, couche superficielle qui vient vernir toute construction en sa face interne. L’ambition moderniste bouscula pourtant ces échelons avec la perspective d’un art total qui engloberait le monde dans ses moindres détails, du gros œuvre à la finition la plus accessoire. Aujourd’hui dans les arts plastiques, le vocabulaire de la décoration poursuit sa revanche.

Franz West au Mmk – Museum für moderne kunst à Frankfurt-am-main

Display@ à la Galerie Hussenot à Paris

Decorum par Anne Dressen au Mamvp – Musée d’art moderne de la ville de Paris à Paris

Michel Aubry au Crédac – Centre d’art contemporain à Ivry-sur-seine

After à la Galerie Jgm à Paris

Farah Atassi à la Galerie Xippas à Paris

Claude Rutault à la Galerie Perrotin à Paris

Messages envoy&AOk-s-2763

Pae White, Berlin B, 290x440cm, coton, polyester, toile, 2012

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Longer le Rhin romantique dans la flamboyance de l’automne est une inoubliable expérience. Hantée par de nombreuses légendes qui enchantaient les marins d’eau douce, cette contrée minérale et humide se concentre sur un tronçon précis ayant les villes de Wiesbaden en amont, et Koblenz et Köln en aval. La destination, étrangement catholique, respecte le congé de la Toussaint. Cette circonstance m’empêcha d’approcher la vivacité de la scène contemporaine représentée par les galeries, me reportant alors sur le patrimoine architectural et les impressionnantes collections de musées. Notre numéro témoignera donc plutôt de l’antichambre de cette aventure, à savoir l’actualité artistique à Karlsruhe et Frankfurt. Mystères et rocailles étiolaient les expositions, là aussi.

Katinka Bock à la Galerie Meyer Riegger à Karlsruhe

Matthias Bitzer à la Galerie Kadel-Willborn à Karlsruhe

Helen Feifel à la Galerie Kadel-Willborn / Upstairs à Karlsruhe

Try to describe the colour of pure (still) water, my dear à la Badischer Kunstverein à Karlsruhe

Hamlet Hovsepian à la Badischer Kunstverein à Karlsruhe

Otto D. Handschuh à la galerie Weingrüll à Karlsruhe

20 Jahre Gegenwart au MMK, au MMK Zollmt et au MainTor-Areal à Frankfut am Main