archive

Archives de Tag: Fondation Beyeler

Il s’agit plus d’un gang que d’un troupeau, même s’il est difficile de faire abstraction de son aspect animal. Elle regroupe un ensemble d’individus ayant décidé de faire chemin ensemble. C’est l’œil extérieur qui confirme sa tenue. L’observateur lui profite, car la horde affirme plus encore son caractère dans sa traque.

Karlheinz Weinberger par François Cheval au Magasin électrique à Arles

William Gedney par Gilles Mora au Pavillon populaire à Montpellier

Xinyi Cheng à la Galerie Balice Hertling à Paris

Antoine Marquis à la Galerie Rue Antoine à Paris

Dioramas par Claire Garnier, Laurent Le Bon & Florence Ostende au Palais de Tokyo à Paris

Wolfgang Tillmans à La fondation Beyeler à Riehen

David Rappeneau à la Galerie Crèvecoeur à Paris

bcc6d4f2-b3e9-48e4-acc7-dcd077ffabaa
William Gedney, Men and boys without shirts sitting and standing around two cars, 1972 – Courtoisie Bibliothèque David M. Rubenstein Rare Book & Manuscript Library at Duke University

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Certaines pratiques alternatives l’érige en vrai remède. Cette méthode porte sur les vertus curatives du rayonnement lumineux selon sa diffraction en différents spectres, appliquée à certaines parties du corps. Envisageons simplement ici, les bienfaits de notre exposition à la couleur, dans sa charge la plus intense.

Josef Albers chez David Zwirner à Londres

Nicholas Roerich à la Vilnius picture gallery – Lithuanian art museum à Vilnius

Playground à la Galerie Emmanuel Hervé à Paris

Goetheanum à Dornach

Megan Rooney chez Freymond-Guth fine arts à Bâle

Adrien Vescovi à la Galerie Ceysson & Benetière à Saint-Etienne

Claude Monet à la Fondation Beyeler à Riehen

ad3e7912-c671-437b-b970-9cbd84ecfd80
Lisa Beck, Akh II, 20x15cm, peinture émaillée, bois, miroir, 2016 – Courtoisie de l’artiste et la Galerie Samy Abraham, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

On l’a ou pas. Ça tient. Ça tombe. L’équilibre est une quête, plus rarement un constat. La stabilité qu’il suppose est la condition de la station verticale. Plutôt précaire, il reste un spectacle permanent. La gymnastique du funambule fascine. Cela demande une répartition savante et intuitive du poids des choses et oblige à des appuis de confiance. Et peu importe les moyens, au final c’est un juste rapport entre tout, une pondération des parties d’un ensemble, une répartition égale, une aisance. L’harmonie. Ou le mystère d’être debout.

Alexander Calder & Fischli/Weiss à La fondation Beyeler à Riehen

Jean-Charles de Quillacq à la Galerie Marcelle Alix à Paris

Groupe mobile à La villa Vassilieff à Paris

Sophie Bueno-Boutellier par Dorothée Dupuis à La fondation d’entreprise Ricard à Paris

Atrio e peristilo da casa dos amores douradosr à la Galerie Vera Cortês à Lisbonne

Lygia Clark à la Alison Jacques Gallery à Londres

Farah Atassi à la Galerie Xippas à Paris

jeancharles1
Jean-Charles de Quillacq, Blue-jean, 80x60x90cm, encre bic, résine acrylique, 2015 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Marcelle Alix, crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

 

La mythologie grecque lui attribue une lucidité tragique. Elle parle, personne ne l’écoute. Demeure un paysage d’inconsidération dans lequel se plantent les mots. Ils existent. Inconditionnellement, ils sont là. L’iconoclasme construit pour cela un terrain favorable. Des voix que l’on préfère ne pas boire, sont vues. Le manifeste et l’anéantissement entretiennent une correspondance fertile. Plutôt que de se taire.

Rémy Zaugg par Xavier Duroux au Consortium à Dijon

Dust par David Campany au Bal à Paris

Demain dans la bataille pense à moi par Magalie Meunier à l’Iac à Villeurbanne

Raoul de Keyser à la David Zwirner Gallery à Londres

Black sun à la Fondation Beyeler à Riehen

Luc Schumacher à la Backslash gallery à Paris

John Giorno par Florence Ostende au Palais de tokyo à Paris

rémy
Rémy Zaugg, Blind bild, 44x39x2cm, acrylique, sérigraphie, toile, 1992

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

De l’habit à empiècements à l’amplitude d’un carrière picturale, il s’agit de tout faire, et jusqu’au bout. L’étymologie du beau mot affirme la double nécessité d’une fabrication et de sa complétude. La besogne de cette affaire consiste donc à la conduire à l’aboutissement en en assumant toutes les étapes. Entre chiffon et tambouille, ce numéro s’aventure dans la correspondance un peu grotesque qu’entretiennent les figures de la dame à ouvrages et du maestro macho, drames du genre. Travaux d’aiguille et pinceaux couillus pointent ainsi vers du qualitatif couture aux séries normalisées.

Anthea Hamilton chez Shanaynay à Paris

Lara Schnigter à la Modern art Gallery à Londres

Van Gogh Live ! par Bice Curiger à la Fondation Vincent van Gogh Arles à Arles

Dries van Noten aux Arts décoratifs à Paris

Michaël Borremans par Jeffrey Grove à Bozar à Bruxelles

Gerhard Richter par Hans Ulrich Hobrist à la Fondation Beyeler à Riehen

Howard Hodgkin à la Galerie Gagosian à Paris

chronique_Curiosite_JoelRiff_ElizabethPeyton

Elizabeth Peyton, Silver bosie, 1998 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

 

Agrémenter un intérieur semble aujourd’hui être un enjeu, et un problème. Une œuvre d’art trop séduisante est suspecte, d’office. Couleur et motif en habille la surface. Pour camoufler la vacuité de son cœur, vous dirons les détracteurs du maquillage. Deux expositions collectives poseront en amont quelques pistes. Ce prélude amorcera la succession de quatre stars à qui habituellement l’on reproche tout. Et bien que leurs stratégies marchandes ne nous concernent pas nécessairement, tâchons d’observer pour une fois leur production, ne serait-ce que pour mieux aiguiser les arguments qui nous en repoussent. Ou pas.

Marcher dans la couleur par Hélène Audiffren au Mrac Languedoc-Roussillon à Sérignan

Ever living ornement à La Maréchalerie à Versailles et à Micro-Onde à Vélizy-Villacoublay

Damien Hirst à la Tate Modern à Londres

Wim Delvoye par Marie-Laure Bernadac au Musée du Louvre à Paris

Jeff Koons à la Fondation Beyeler à Riehen

Joana Vasconcelos au Château de Versailles à Versailles

Sterling Ruby par Florence Derieux au Frac Champagne-Ardenne à Reims

> Joana Vasconcelos, Mary Poppins, 700x600x600cm, laine, tissu, 2010 –                              Courtoisie Galerie Nathalie Obadia Paris Bruxelles & Haunch of Venison Londres –
Collection de l’artiste

Jean-Jacques Rousseau est né il y a trois cents ans. La région Rhône-Alpes, identifiée par un fleuve et des montagnes, rappelle ce tricentenaire en célébrant le promeneur mythique en divers endroits. C’est dans cet esprit qu’a été composé cette chronique, associant des investigations en milieux naturels, et leurs résultats. Car la particularité de ces balades réside dans leur motivation : il ne s’agit pas de vadrouiller naïvement, mais bien d’opérer des cueillettes avec pour perspective leur mise en forme. Agir pour témoigner.

Jean-Luc Moulène à la Galerie Chantal Crousel à Paris

Célébration – Rêves de nature par Dorothée Deyries-Henry au Lux à Valence

Philippe Parreno à la Fondation Beyeler à Riehen

Ester Vonplon à la Galerie VU’ à Paris

L’immagine a fuoco à la Galerie Norma Mangione à Turin

Tropicomania – La vie sociale des plantes à Bétonsalon à Paris

Luca Francesconi à l’Hôtel Beurnier Rossel à Montbéliard et au Crac Alsace à Altkirch

> Ester Vonplon, Série Surselva, tirage argentique numérique, 2009-2011 – Courtesy Galerie VU’