archive

Norwich

Traditionnellement, il s’agit du linge accompagnant la jeune fille qui se marie ou entre en religion. Le bagage d’une vierge qui part. L’intérêt consiste tout de même à le confectionner soi-même, à rendre manifeste par l’ouvrage, le meilleur parti qui soit. C’est un nécessaire. C’est un équipement. Il est un kit de survie élégamment brodé, tirant l’urgence vers la joliesse. Chacun s’en munie. C’est une réunion d’objets de même nature, qui finit par faire collection. Son acceptation anatomique et œnologique, rappelle que le terme s’utilise aussi pour qualifier un réseau ligamenteux et un vin rouge d’Arbois. De quoi bousculer l’image de la vulnérable idiote. Avec force et ivresse.

British art show 8 par Anna Colin & Lydia Yee à Norwich

Caroline Achaintre par Emma Dean à Baltic à Newcastle

Making and unmaking par Duro Olowu au Camden arts centre à Londres

Looking at people looking at art par Mark Essen à Division of labour à Londres

Pièces-meublés par Bob Nickas à la Galerie Patrick Seguin à Paris

Tears shared par Marc Camille Chaimowicz à Flat time house à Londres

Bruno Pelassy par Claire le Restif au Crédac à Ivry-sur-seine

caroline13
Caroline Achaintre, Todo custo, 300x210cm, laine, 2015 – Courtoisie de l’artiste et de la galerie Arcade

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

De nouvelles mignardises encouragent une prospection toujours plus céramique. Avec leur petit doigt levé, les arts de la table s’emparent de la délicatesse d’un rendez-vous superflu et délicieux. La coutume est fièrement ancrée. L’horloge résonne, il est cinq heure pm.

Christian Newby & Ana Martinez Fernandez chez Space in between à Londres

The London open 2015 à la Whitechapel gallery à Londres

Salvatore Arancio à la Contemporary art society à Londres

Jesse Wine à la Limoncello gallery à Londres

Roselyne Titaud au Musée d’art moderne Saint-Etienne Métropole à Saint-priest-en-jarez

The twining teapots gallery au Norwich castle museum and art gallery à Norwich

Sébastien Stoskopf au Musée des beaux-arts à Strasbourg

ros
Roselyne Titaud, La petite table, Frankreich, photographie, 2010 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Surgissement lacrymogène. Impulsion franche. L’onomatopée reproduit une production rapide de gaz et son écoulement tourbillonnaire dans un orifice de petite taille. L’aérienne éclaboussure propulse ses particules sur une surface, vandalisée sans contact. Son recouvrement est partiel, il demande une certaine obstination pour aboutir à l’opacité homogène, rarement visée par un procédé aérographe justement apprécié pour la douceur de l’estompage que ses postillons permettent. Il s’agit de savoir ne pas trop en mettre.

Isabelle Cornaro à Outpost à Norwich

Revelations au Science museum à Londres

Sprayed par Jona Lueddeckens & Greg Bergner à la Gagosian gallery à Londres

Sterling Ruby à la Draf – David Roberts art foundation à Londres

Unfinished… à la Courtauld gallery à Londres

Nicolas Delprat à la Galerie Odile Ouizeman à Paris

Larry Bell à la White cube gallery – Mason’s yard à Londres

Pschitt
Isabelle Cornaro, Golden memories, 2015 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Andy Crouch

Le numéro complet est disponible sur abonnement.