C’est limpide et tout se donne à voir en un coup d’œil. Dans l’évidence d’un plan manifeste. Socles et piédestaux partagent une racine pédestre, de piétements en soquettes. Prendre pied. Perdre pied. Il s’agit de s’ancrer ou de s’abandonner sur cette vaste surface fertile. Les choses se dressent alors en un champ de stèles. C’est peut-être l’inverse d’un cimetière. Les obstacles peuvent exister mais ne doivent obstruer. Une vraie continuité s’annonce. L’horizontalité règne comme environnement pour jouir d’un appétit définitivement sculptural.

Per Kirkeby aux Beaux-Arts de Paris à Paris

Rodin, Brancusi, Carl Andre… Le socle au MUba Eugène Leroy Tourcoing à Tourcoing

Toby Ziegler à la Galerie Max Hetzler à Paris

Marc Kokopeli chez Edouard Montassut à Paris

Rachel Whiteread à la Tate Britain à Londres

César par Bernard Blistène au Centre Pompidou à Paris

Laura Porter dans la Salle Foch du Palais des Beaux-Arts à Paris


Rachel Whiteread, Untitled (Room 101), 300 x 643 x 500 cm, plâtre, bois et métal, 2003 – Paris, Centre Pompidou MNAM/CCI avec le soutien des Amis du MNAM et Clarence Westbury Foundation, crédit photographique Tate Photography

 

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Sur l’échelle du désir, aventurons-nous davantage vers la fantaisie que la dépravation. Tout de même plus indélébile que le simple caprice, il s’agit de rester dans les zones les plus candides du vice. Les corps détiennent une plasticité, propices lorsqu’ils le veulent, aux modelages les plus fantasques. L’étymologie de la perversité nous engage sur le terrain de la tournure. Alors sans nécessairement changer le bien en mal et en nous émancipant idéalement du jugement moral, jouissons de l’originalité de certaines satisfactions.

Marianne Marić par Emmanuelle Walter à La Filature, scène nationale à Mulhouse

Tainted love par Yann Chevallier au Confort Moderne à Poitiers

Enzo Cucchi à la Galerie Balice Hertling à Paris

H-G Clouzot, un réalisateur en œuvres par Damien Airault au Musée Bernard d’Agesci à Niort

Robert Pougheon à La Piscine – Musée d’art et d’industrie André Diligent à Roubaix

Marina Faust par Éric Troncy au Consortium à Dijon

Alexandra Bircken au Crédac à Ivry-sur-Seine

d9925baa-59e4-42fe-95f3-cf8bd50a4249
Marianne Marić, série Les Statues Meurent Aussi, photographie argentique, Paris, 2016 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le temps passe. Sans lassitude. Au contraire, témoigner des choses dans leur durée permet de suivre volontairement l’évolution des formes façonnées par la perpétuité. Envisager la transformation plus que la destruction, le mouvement plutôt que l’usure. Le règne minéral s’impose alors comme un terrain et une temporalité propices à toutes les métaphores en ce domaine. De cette mécanique, nourrie jour après jour par l’excitation du suivant, naît une passion forcément exponentielle.

Rebecca Digne par Alessandro Gallicchio à la Galerie Escougnou-Cetraro à Paris

Phillip King à la Thomas Dane Gallery à Londres

Être pierre par Noëlle Chabert & Jessica Castex au Musée Zadkine à Paris

Jean le Moal au Musée d’art et d’archéologie à Valence

Jessica Warboys à la Galerie Gaudel de Stampa à Paris

Subterranea par la revue Ingmar à la Galerie Florence Loewy à Paris

Ben Burgis & Ksenia Pedan par Union Pacific à Frieze London 2017 à Londres

5ec4daad-4229-4181-817c-d57a84ef5e2a
Rebecca Digne, A perdere #10, céramique, sable, corde, 2017 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Nous devrions générer bien davantage de vocabulaire prenant ses racines en ce superbe mot. C’est l’adjectif latin de l’hiver. Une saison calme et rude. Parfois, les flocons animent sa grisaille. La neige absorbe alors la vie dans son silence et couvre le reste sous son manteau. Si les apparences semblent ralenties, c’est souvent parce que les flux flamboyants agissent ailleurs.

Edi Hila à la Galerie Mitterrand à Paris

Voyage d’hiver par le Palais de Tokyo au Château de Versailles

Mimosa Echard à la Galerie Samy Abraham à Paris

Torbjørn Rødland à la Serpentine Sacklers Gallery à Londres

Lotus à Bosse & Baum à Londres

Jacques Truphémus au Musée Hébert à La Tronche

Karla Black aux Archives nationales et aux Beaux-Arts de Paris à Paris

8232c6ff-3793-459d-8455-37ee7c13043f
Karla Black, Say To Know, 16 x 520 x 720 cm, plâtre, papier toilette, sucre, cosmétiques, acrylique, charbon, fils, encre et buvard, 2017 – Courtesy Galerie Gisela Capitain, Cologne; Galleria Raffaella Cortese, Milan; Stuart Shave/Modern Art, London and David Zwirner, New York/London;
crédit photographique Simon Vogel, Cologne

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Ajouter un petit coussin. S’assurer de l’aisance de son invité. Lui offrir un rafraîchissement. Dresser le couvert. Augmenter le chauffage. Ne pas faire trop de bruit. Le savoir-recevoir peut passer par une foule d’attentions. Accueillir l’autre, c’est avant tout permettre son existence chez soi. La convivialité semble alors relever d’un équilibre humaniste entre générosité et propriété.

Jagna Ciuchta pour Une maison de pierre… à La Galerie à Noisy-le-Sec

The house of dust by Alison Knowles au Cneai à Pantin

Dans la place par Stéphane Corréard au Pavillon Carré de Baudouin à Paris

Quart d’heure américain par heiwata à Mains d’Œuvres à Saint-Ouen

Christopher Kulendran Thomas par Annika Kuhlmann à la New Galerie à Paris

Camille Henrot par Daria de Beauvais au Palais de Tokyo à Paris

Haroon Mirza à la Zabludowicz Collection à Londres

7536f665-bf31-455a-8b91-f911c18b61fa
Jagna Ciuchta, All Available Light, 177 x 120 cm, jet d’encre sur papier, 2017 avec Céline Vaché-Olivieri, Smuggling Smuggling, 2017 – Courtoisie des artistes

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Voilà une histoire de contours plutôt que de structures, nécessitant davantage un travail de surface qu’un culturisme profond. Il s’agit de modifier le corps selon un certain désir. Tonifier les mous. Définir les lignes. Affûter les flous. Tracter les tissus. Sculpter les chairs. Bien-sûr, le résultat se doit d’être visible, plastique. L’essentiel consiste à façonner un idéal de minceur et de fermeté. Du traitement le plus doux à l’intervention chirurgicale, une palette de solutions est aujourd’hui proposée en fonction de l’importance du relâchement.

Sadie Laska à la Galerie Ceysson & Bénétière à Saint-Etienne

Amedeo Modigliani à la Tate Modern à Londres

Dalí / Duchamp à la Royal Academy of Arts à Londres

Issy Wood chez Carlos / Ishikawa à Londres

Passage du pinceau à Goton à Paris

Florence Peake à Studio Leigh à Londres

Polly Afpelbaum à la Frith Street Gallery à Londres

cb7ea423-00fa-4146-ae35-64e607405393
Polly Apfelbaum, My Hands 10, 21.7 x 26.5 x 1 cm, émail sur terracotta, 2017 – Courtoisie de l’artiste et de Frith Street Gallery

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

C’est une disposition, plus qu’une flemme à proprement parler malgré une relative homophonie. Elle est l’une des quatre humeurs cardinales qui gouvernaient d’après la médecine antique, l’équilibre des corps vivants. Cette sécrétion fondamentale est ainsi associée au tempérament calme. Décontraction et relâchement. Avec la mélancolie, ce sont deux des angles du carré mystique, à tendre vers les plaisirs de la Nature morte. Tout est posé.

Anthony Jacquot-Boeykens à Bikini à Lyon

It’s OK to be K.O. Darling par Hélène Garcia à Under Construction Gallery à Paris

Haim Steinbach chez White Cube – Mason Yard à Londres

giorgio morandi cabrita reis chez Sprovieri à Londres

Mindy Rose Schwartz par Queer Thoughts à la Galerie Balice Hertling à Paris

State (in) Concepts par iLiana Fokianaki à la Kadist Art Foundation à Paris

Laure Prouvost à la Galerie Nathalie Obadia à Paris

b2e1e423-6ef9-411e-8026-c1071bc2a865
Anthony Jacquot-Boeykens, Dramabiote, 2017 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.