Ce n’est pas tant un hommage à la célèbre série éponyme, qu’un constat d’une actualité mondiale marquée par le crime. La violence, du moins sa visibilité et sa médiatisation, semble s’affirmer comme unique forme d’expression, avec des moyens qui bousculent l’imaginable. Le désenchantement est un stade depuis longtemps dépassé. Un obscurantisme flagrant gagne le monde pour nous plonger dans une nouvelle sorte de Moyen-âge. En ce mode rustique, aux contours tranchés à la hache, la subtilité est à recalibrer. Le domestique ne peut que qualifier l’intérieur d’une forteresse. La virtuosité est à trouver dans la métallurgie. Et depuis des siècles et des siècles, l’homme pleure.

Quelques sphinx par Benoît Maire à la VnH Gallery à Paris

Jean Lurçat à la Galerie des gobelins – Mobilier national à Paris

Jean-Marie Appriou par Galerie Jan Kaps à Liste art fair à Basel

Michael Dean par Samuel Leuenberger dans le cadre du Art parcours à Art basel à Basel

Big – Bjarke Ingels Group avec le Serpentine Pavillon 2016 à Londres

Modest villa immense versailles chez Kinman à Londres

Bas Jan Ader à la Simon Lee Gallery à Londres

michael
Michael Dean, série ffff, métal, béton, 2016 – Courtoisie de l’artiste et des galeries Supportico Lopez, Herald St et Mendes Wood DM

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

On l’a ou pas. Ça tient. Ça tombe. L’équilibre est une quête, plus rarement un constat. La stabilité qu’il suppose est la condition de la station verticale. Plutôt précaire, il reste un spectacle permanent. La gymnastique du funambule fascine. Cela demande une répartition savante et intuitive du poids des choses et oblige à des appuis de confiance. Et peu importe les moyens, au final c’est un juste rapport entre tout, une pondération des parties d’un ensemble, une répartition égale, une aisance. L’harmonie. Ou le mystère d’être debout.

Alexander Calder & Fischli/Weiss à La fondation Beyeler à Riehen

Jean-Charles de Quillacq à la Galerie Marcelle Alix à Paris

Groupe mobile à La villa Vassilieff à Paris

Sophie Bueno-Boutellier par Dorothée Dupuis à La fondation d’entreprise Ricard à Paris

Atrio e peristilo da casa dos amores douradosr à la Galerie Vera Cortês à Lisbonne

Lygia Clark à la Alison Jacques Gallery à Londres

Farah Atassi à la Galerie Xippas à Paris

jeancharles1
Jean-Charles de Quillacq, Blue-jean, 80x60x90cm, encre bic, résine acrylique, 2015 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Marcelle Alix, crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

 

Légerté et désir. Cette fois, l’énergie frôle la modélisation, le mannequinat et le modelage. Et oui. Dans tous les cas, on lisse. Une manière de ne pas trop stigmatiser la céramique et la réinjecter au besoin, au sein d’une imagerie actuelle, pour ne pas dire technologique. Le corps reste une glaise à sculpter. Argile et html sont des mottes propices à l’invention d’une forme : soi.

Artie Vierkant à la New galerie à Paris

Cool memories par Myriam Ben Salah à Occidental temporary à Villejuif

Francesca Woodman à la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris

Mendes Wood DM at Art Basel 2016 à Basel

La mia ceramica à la Galerie Max Hetzler à Paris

Alinka Echeverría par François Cheval à La commanderie Sainte-Luce à Arles

Anne Dangar par Pascale Soleil & David Butcher au Musée d’art et d’archéologie à Valence

anne5
Anne Dangar, Bonbonnière à décor cubiste, 17x14cm, terre cuite vernissée, 1930-51 – Collection Fondation Albert Gleizes

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

C’est la qualité de ce qui est aigu. L’angle ici, est restreint à une ouverture incisive. Les yeux se plissent pour optimiser une visée tranchante. La coupure est nette. Cela ne saigne même pas. Les réglages de l’objectif assurent une mise au point limpide. L’intensité est à son comble, à ce haut niveau de perception. Nous voilà hypersensible. Tout est d’une extrême gravité. Les choses sont distinctes et permettent une pénétration intellectuelle admirable.

Visibility chez Campoli Presti à Londres

La boîte de Pandore par Jan Dibbets au Musée d’art moderne de la ville de Paris à Paris

Double take à The photographers’ gallery et à Drawing room à Londres

Dove Allouche par Kate Macfarlane à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris

Éléonore False à Glassbox à Paris

Pierre-Olivier Arnaud à la Galerie art:concept à Paris

Emilie Ding à Art3 à Valence

éléonore17
Eléonore False, Sans titre (dent), céramique raku, 2015 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Florie Berger

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Cette locution désigne historiquement, le cri d’une sentinelle qui ordonne à des passants de s’éloigner. On se tire, on se casse, on s’arrache, on sort, on se taille, on fout le camp, on prend la poudre d’escampette, on s’éclipse, on s’esquive, on s’échappe, on file, on dégage, on s’en va, on se barre, on met les voiles, on part, on quitte.

Renato Leotta à la Galeria Madragoa à Lisbonne

Un voyage en mer par Nicolas Jolly à la Charles Riva collection à Bruxelles

Daniel Gustav Cramer par Samuel Leuenberger pour Art Basel – Art parcours à Basel

Josh Smith à la Galerie Xavier Hufkens à Bruxelles

Walter de Maria à la Gagosian gallery – Britannia st à Londres

Johana Pošová & Barbora Fastrová chez Syntax à Lisbonne

Wolfgang Tillmans chez Maureen Paley à Londres

6233ffd2-550c-46b1-88af-daa83eb7bb8f
Wolfgang Tillmans, Eu campaign, 2016 – Courtoisie de l’artiste et de Maureen Paley, London

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le 19 avril 2016, l’Institut d’archéologie numérique d’Oxford inaugurait sur Trafalgar square à Londres, une reconstitution de l’Arc de triomphe du site antique de Palmyre, saccagé un peu plus tôt. Le nouveau monument découle d’une succession de procédés innovants, basés sur la modélisation numérique. Drones, photogrammétrie et algorithmes ont ainsi œuvré pour matérialiser un avatar de marbre égyptien. L’urgence, l’impuissance, face à la disparation physique d’un patrimoine subtilisé, ont poussé des chercheurs à appliquer une technologie encore expérimentale, à un domaine pour lequel elle pourrait paraître artificielle. Les scientifiques affirment par cette proposition un ton militant, refusant de laisser détruire l’image de ce trésor dans notre mémoire collective. Reconstruire l’antique trois point zéro.

Andreas Angelidakis à Alt art space à Istantul

From transhuman to south perspectives par Oracular Vernacular chez Rowing à Londres

Jean-Luc Moulène à la Thomas Dane Gallery à Londres

Rodeo à Art basel 2016 à Basel

Giorgio de Chirico au Pera muzesi à Istanbul

The science of imaginary solutions à la Breese Little Gallery à Londres

Tomaso de Luca par Monitor Gallery à Liste 2016 à Basel

rowing
Robert Rush sur Gabriel Méo, vue de l’exposition From transhuman to south perspectives chez Rowing, 2016

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le terme latin désigne historiquement, l’action funeste des astres. Telle une mélancolie liée à la menace d’une planète noire, ce phénomène affirme un rapport entre notre tête et tout ce qui ce trouve au-dessus d’elle. L’emprise du ciel et de ses composantes, débouche sur des troubles qui pétrifient la raison et abandonne le corps à une présence intensifiée. Au mieux, une violente propension à la contemplation se met en place, fascinée par des sujets qui deviennent pour le médusé, ses nouvelles lunes, son nouveau soleil.

John Finneran chez Arcade à Londres

Arcade at ArtBrussels 2016 à Art Brussels 2016 à Bruxelles

Caroline Achaintre chez c-o-m-p-o-s-i-t-e à Bruxelles

Sergio Verastegui à la Galerie Thomas Bernard à Paris

Christodoulos Panayiotou chez Rodeo à Londres

Monstres et madones par Ana Mendoza Aldana à la Galerie Triple V à Paris

Guillermo Kuitca chez Hauser & Wirth à Londres

céline
Céline Vaché-Olivieri, Contrebande, 40x40x90cm, céramique, lycra, 2016 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 62 autres abonnés