Ça cadre, en trois dimensions. Chacun y organise son butin. Le contenu est conditionné, en un écrin ou une cage. Idéalement, il ne s’agit pas d’emprisonner les choses, mais au contraire par la qualité de certaines délimitations, d’ouvrir les interprétations.

Anthea Hamilton à la Tate Britain à Londres

Invisible cities par Flavia Frigeri chez Waddington Custot à Londres

Michelle Lopez à la Simon Preston Gallery à New York

Eva Rothschild chez Stuart Shave / Modern Art à Londres

Neïl Beloufa par Guillaume Désanges au Palais de Tokyo à Paris

Jean-Luc Godard à la Migel Abreu Gallery à New York

Eddie Peake à White Cube Bermondsey à Londres

4576a477-15d3-47fc-838c-0957c1de4fc5
Anthea Hamilton, The Squash, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Tate, crédit photographique Seraphina Neville

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Sans parler des transactions commerciales dont elles sont elles-mêmes l’objet, certaines œuvres s’affirment dans la possessivité. Elles manipulent la notion d’appartenance, qu’il s’agisse de montrer ce que l’on possède déjà ou de s’approprier un héritage exogène. Avoir. Être. En étalant ses signes de richesses selon différentes acceptations du patrimoine.

Of Earth and Heaven: Art from the Middle Ages chez Luhring Augustine à New York

Danh Vo au Solomon R. Guggenheim Museum à New York

Talismans par Sarina Basta à la Fondation Calouste Gulbenkian à Paris

Isabelle Cornaro à la Galerie Mezzanin à Genève

Objets précieux Art Déco à L’École des Arts Joailliers à Paris

Camila Oliveira Fairclough à la Galerie Emmanuel Hervé à Paris

Au diapason du monde à la Fondation Louis Vuitton à Paris

d224378c-e893-4c1c-9704-1e7b55c44ad6
Isabelle Cornaro, Untitled (P#6) – détail, 106 x 250 x 6 cm, bois peint, pampilles, cristaux, verre, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Galerie Mezzanin, crédit photographique Annik Wetter

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le corps synthétique fascine, avec la promesse de hisser l’humanité hors de son essence organique. Des fantasmes d’immortalité alimentent la possibilité déraisonnable de remplacer tout simplement, les parties défaillantes de l’organisme comme nous le ferions de toute invention mécanique. C’est une grammaire clinique qui se déverse ainsi sur un imaginaire vidant notre existence de sa chair.

Isa Genzken chez David Zwirner à New York

Alix Marie chez Roman Road à Londres

Cathy Wilkes à MoMA PS1 à New York

Tarik Kiswanson par Jesi Khadivi à la Fondation d’Entreprise Ricard à Paris

Jesse Darling chez Chapter NY à New York

L’institut d’esthétique pour Do Disturb au Palais de Tokyo à Paris

Hannah Levy chez Clearing à New York

38366227-9394-450a-8fca-e2e4a75d7f35
Alix Marie, La Femme Fontaine, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Roman Road, crédit photographique Ollie Hammick

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Manque de netteté. Aux contours indécis. Par défaut de réglage. Non-ajusté au sujet. Il est généralement définit par la négative. Dit artistique, il devient la risée des commentaires populaires. Et ses synonymes, lâche, imprécis, fumeux, sont tout simplement des insultes. S’il est aujourd’hui lié au vocabulaire photographique, il fut par le sfumato un signe de distinction picturale bien avant que la rétine puisse être mécanique. D’ailleurs pas de pellicules ni de pixels ici, mais de la peinture française d’après-guerre et quelques sensibilités contemporaines qui continuent à bousculer la résolution des choses.

Hans Hartung chez Nahmad Contemporary à New York

L’art du pastel de Degas à Redon au Petit Palais à Paris

Betty Tompkins / Jean-Baptiste Bernadet chez Ribordy Contemporary à Genève

Les nombreuses irrégularités par Chiara Parisi à la Villa Médicis à Rome

Martin Barré chez Matthew Marks à New York

Sophie von Hellermann chez Pilar Corrias à Londres

Jean Fautrier au Musée d’art moderne de la Ville de Paris à Paris

c50c10f0-e89a-4a28-9486-065638676fb3
Katharina Grosse, Ingres Wood, 255 x 550 x 3320 cm, acrylique sur arbres et tissu, 2018 – Courtoisie de l’artiste et ses galeries, crédit photographique Alessandro Vasari

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Solide. Liquide. Gazeux. La physique enseigne généralement que la matière se trouve selon trois formes dans la nature, avec une triangulation qui en guide les changements. C’est au niveau moléculaire que cette passion se développe et plusieurs argumentations seront encore nécessaires pour jouir pleinement des subtilités de cette science. Aujourd’hui, passons sur le quatrième genre pour envisager directement le suivant que nous nommerons ici l’état vitreux. Il s’agit du liquide figé ou du solide amorphe, dont l’épanchement serait trop lent pour pouvoir être perceptible par la sensibilité humaine. La viscosité fait partie de ses plus fascinantes propriétés. Ainsi nos écrans s’écouleraient.

Pakui Hardware chez Tenderpixel à Londres

Jardin des pommes à la Galerie Joseph Tang à Paris

Daiga Gratina par Sandra Adam-Couralet au Palais de Tokyo à Paris

Crash test par Nicolas Bourriaud à La Panacée – MoCo à Montpellier

Liliane Lijn chez Rodeo à Londres

Tony Oursler par Redling Fine Art à The Armory Show à New York

Elsa Sahal par Gaël Charbau à la Galerie Papillon à Paris

6e1a5e3b-8c08-4ef3-81c0-5c998e9b086c
Daiga Grantina, Coat-ee off Cat Curl, 2018 – Production La Panacée-MoCo, courtoisie de l’artiste et la Galerie Joseph Tang (Paris), crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Des périodes les plus anciennes, résonnent des échos qui nous parviennent. Il ne s’agit pas tant d’influence que de permanence. Les formes d’autrefois ancrent celles d’aujourd’hui. L’esprit progressiste risque de les cantonner à la désuétude. Un autre élan sait très bien que l’obsolescence ne les concernent pas. Ne pas systématiquement tout rembobiner. Accepter simplement les évidences du lointain.

Caroline Achaintre au De La Warr Pavilion à Bexhill-on-Sea

Dada Africa au Musée de l’Orangerie à Paris

Jean-Michel Sanejouand à la Galerie Art : Concept à Paris

Josef Albers au Solomon R. Guggenheim Museum à New York

Alfredo Volpi à S|2 Sotheby’s à Londres

George Henry Longly par Adélaïde Blanc au Palais de Tokyo à Paris

Magdalena Abakanowicz à Marlborough Gallery à New York

8f2f026d-8081-4a18-ab2f-08dc046062a0
Caroline Achaintre, JimBo, 51 x 36 x 5 cm, céramique, 2017 – Courtoisie de l’artiste et des galeries Arcade (Londres) et Art:Concept (Paris)

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Une fascination existe pour le monde rural, généralement développée par des sensibilités qui y sont extérieures. Une mythologie se façonne alors. L’écart entre la prétention et le fait se travaille selon les ambitions. Il ne faudrait pas cantonner l’élan vers un état pastoral, au pur caprice rétrograde. Économiques, sociales, politiques, esthétiques, trop de raisons aujourd’hui motivent une distance à prendre avec une certaine idée de progrès. Certains donnent forme à une paysannerie fantaisiste. D’autres parviennent à l’humilité vraie.

Grant Wood au Whitney Museum of American Art à New York

Jean-François Millet au Palais des Beaux-Arts à Lille

La vie simple – Simplement la vie par à la Fondation Vincent van Gogh Arles à Arles

Amelie von Wulffen chez Reena Spaulings à New York

Freeform chez Timothy Taylor à Londres

Je t’épaule tu me respires à la Galerie Marcelle Alix à Paris

JJ Lerat à la Galerie Mercier & Associés à Paris

a8311597-6f56-4b23-a363-f25292f708da
Jacqueline Lerat, Corps transformé, 64 x 42 cm, grès, 1985 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Mercier & Associés, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.