archive

Erstein

La figuration pourrait très bien se foutre de l’essence-même de ce qu’elle représente, et de celle de ses modèles vivants en particulier. Tout l’envoûtement qu’un corps suppose, s’éloignerait de la personne qui l’habite, oui, celle qui pose avec dévouement, pour être un seul contenant parfaitement offert aux manipulations. Dans le castelet qu’il s’est façonné, l’artiste dispose alors de dociles figurines dont il fera ce qu’il veut.

Sarah Tritz à la Fondation d’entreprise Ricard et à la Galerie Anne Barrault à Paris

Species à la Galerie Crèvecoeur à Paris

Francisco de Goya à la National gallery à Londres

Fernando Botero au Musée Würth à Erstein

Anne de Vries à Cell project space à Londres

Tightrope walk par Barry Schwabsky à White cube – Bermondsey à Londres

Hudinilson Jr. à la Galerie Sultana à Paris

sarah
Sarah Tritz, La jambe rose, céramique émaillée, 2015 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Anne Barault, crédit photogrpahique Florian Kleinefenn

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Condamnée à demeurer, cette situation frôle la captivité. Elle est la condition cinématographique du drame, la définition du théâtre enfermé entre des murs dont nous sommes le quatrième. Tout ici est tourné vers le dedans, subissant l’unité d’une force centripète dont le magnétisme exclut les perspectives extérieures. Mais ces cellules sont riches d’indices, animées d’objets que le confinement rend encore plus enivrants. Et ces systèmes fermés obligent l’énergie à circuler en boucle, pareille et différente à chaque fois, se renouvelant en autarcie, de l’intérieur.

Neïl Beloufa par Mihnea Mircan à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris

Geographies of contamination à la David Roberts art foundation à Londres

Venez fruits pressés par Rosanna Puyol à La manutention à Paris

Haim Steinbach à la Serpentine gallery à Londres

Richard Hamilton à la Tate modern à Londres

Anthony Caro au Musée Würth à Erstein

Camille Henrot à la Chisenhale gallery à Londres

caro
Anthony Caro, vue de l’exposition Œuvres majeures de la collection Würth, 2015 – Courtoisie de l’artiste et de la collection, crédit photographique Philipp Schönborn

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Un prétexte pour une fois professionnel plus que familial m’emporta dans ma contrée natale, voyage qui suivit l’axe vertical tracé par quatre communes de la région rhénane. C’est ainsi que d’Altkirch à Strasbourg en passant par Erstein et Sélestat, nous suivrons l’actualité locale excitée en sa capitale par l’équivalent indigène d’une Nuit Blanche qui autorise les strasbourgeois à jouir une fois l’an de leur réseau culturel jusqu’à minuit.

Time Warp par Felicity Lunn au Crac Alsace à Altkirch

Bad Beuys Entertainment par Keren Detton au Ceaac à Strasbourg

Natacha Paganelli du Ceaac à Strasbourg

Paul van der Eerden à la Chaufferie à Strasbourg

Narration douce par Sophie Kauffenstein & Mathieu Boisadan à l’Espace Apollonia à Strasbourg

Coups de cœur au Musée Würth à Erstein

Le bizarre, l’étrange et l’incongru par Philippe Piguet à Sélestat

alex
Alex Katz, Trio, huile, toile, 2006 – Collection Würth

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

La sélection de cette semaine témoigne d’un récent séjour alsacien qui permit de suivre l’actualité de plusieurs lieux déjà parcourus par le passé et participant de la richesse du réseau culturel régional cependant déployé au sud de Strasbourg laissant son nord plutôt orphelin d’initiatives artistiques. C’est la topographie locale qui offre l’étrangeté linguistique où le Bas du Bas et le Haut du Haut sont limitrophes et délimitent le territoire ici documenté. Nous partirons donc du chef-lieu de l’Alsace pour descendre à travers les champs et les vignobles et rejoindre Sélestat avant de conclure l’itinéraire par Colmar en nous laissant surprendre sur le passage par une réplique de la Statue de la Liberté Éclairant le Monde du sculpteur Auguste Bartholdi natif de cette dernière étape, copie miniature tristement posée à la sortie d’une autoroute marquant l’entrée d’une zone commerciale où se succèdent les enseignes, saluant l’accès à un Nouveau Monde peu enviable.

Denis Baudier à La Chambre à Strasbourg

Osman Dinç à La Chaufferie à Strasbourg

Hans Jean Arp au Mamcs à Strasbourg

François Morellet au Musée Würth à Erstein

Elmar Trenkwalder au Frac Alsace à Sélestat

Ioew sur la place de la Cathédrale à Colmar

Bp à l’Espace d’Art Contemporain André Malraux à Colmar

françois
François Morellet, Relâche n° 2 – détail, acrylique, huile, toile, alu laqué, néon, toile, 1992 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Profitant de l’entrain des cloches pascales pour retrouver mon Alsace natale, je tiens à vous faire part cette semaine d’expositions approchées lors de ce séjour sur les rives du Rhin et de son prélude nancéien. Bordé par la peinture et la photographie, l’axe principal de ce parcours m’apparaît être la culture du fragment, évidente lorsqu’il y a cadre, mais qui dépasse ici à mon avis cette simple contrainte de la représentation. Quelque chose de météorologique baignait également les étapes de ce voyage, nuées, éclaicis, flaques et flocons rythmant le paysage artistique de cet Est secoué par de visuelles bourrasques.

Joël Kermarrec au Musée des Beaux-Arts à Nancy

Paysages au Musée des Beaux-Arts à Nancy

Eric Hattan à la Galerie Art Attitude à Nancy

Un monde à part au Musée Würth à Erstein

Kazati Resnicnost par Brane Kovic & Thomas Soriano à la Chaufferie à Starsbourg

Dirk Skreber à la Kunsthalle de Baden-Baden

Gerhard Richter au Museum Frieder Burda à Baden-Baden

oui
Gerhard Richter, Pyramide, 100x70cm, huile, toile, 1983 – Collection Würth

Le numéro complet est disponible sur abonnement.