archive

Archives de Tag: Hannah Barry Gallery

Laissons-nous porter par la promenade-même. Il s’agit de zoner. Le prétexte de la sortie n’est autre que la déambulation dans le monde. Certaines connotations peuvent faire pencher cette balade vers la recherche d’amusements voire de plaisirs faciles. Jusqu’à faire du substantif un synonyme de femme de mauvaise vie.

Guillaume Pinard à la Galerie Anne Barrault à Paris

Hypnagogia par Victoria Aresheva à la Galerie Charraudeau à Paris

Gabrielle Conilh de Beyssac & Jules Guissart à l’Église écroulée de Félines-sur-Rimandoule

Vaste Horizon chez La marchande des 4 saisons à Arles

Dora Maar au Centre Pompidou à Paris

Neither Nor par Milovan Farronato au Pavillon italien / Arsenale à Venise

Henry Hudson chez Hannah Barry à Londres

0f54fe6e-9d4f-4406-9dcf-6d56c0da897a
Guillaume Pinard, La berge, 56 x 42 cm, pastel sec sur papier, 2019 | Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Anne Barrault (Paris), crédit photographique Aurélien Mole

Publicités

La formule-même exige l’inclusion. Pourtant dans beaucoup de contextes aujourd’hui et en particulier en matière de féminisme, elle revient également à interroger la valeur de l’avis d’un homme. Ce paragraphe s’aventure d’emblée sur un terrain épineux que quelques phrases ne réussiront pas pour l’instant à éclaircir. Une plate-forme inédite se popularise. Et avec elle, une audience.

Kris Lemsalu au Goldsmiths Centre for Contemporary Art à Londres

Léopoldine à Sans titre (2016) à Paris

Proudick par Marcelle Joseph à la Hannah Barry Gallery à Londres

Sarah Lucas au New Museum à New York

Betty Tompkins chez PPOW à New York

Mademoiselle par Tara Londi au Crac Occitanie à Sète

Chère à Arsenal Contemporary à New York

0b47c148-3bb7-4891-bc08-5ed8537005e1
Clementine Keith-Roach, Oblation, 48 x 33 x 29 cm, terre cuite, plâtre, peinture , 2018 – Courtoisie de l’artiste et de Hunter Harrison (Londres)

Partager une couleur ne signifie pas grand chose. Ici, le commun passe aussi par une certaine sensualité, peut-être due à la teinte en question. Les chairs sont douces. Le rouge est tempéré par le blanc. Les lignes sont calmes. Le blanc est vivifié par le rouge. Et le tout se mélange langoureusement.

George Rouy chez Hannah Barry à Londres

Betty Tompkins chez Rodolphe Janssen à Bruxelles

If you can’t stand the heat à Roaming Projects à Londres

Giorgio Griffa au Camden Arts Centre à Londres

Corentin Canesson à la Galerie Nathalie Obadia à Paris

Slump love pour Condo chez Pilar Corrias à Londres

Matthew Lutz-Kinoy par Stéphanie Moisdon au Consortium à Dijon

727f7893-af25-4ec2-9ddc-474e7d437b2f
George Rouy, Squeeze Hard Enough It Might Just Pop!, 56 x 46 cm, acrylique sur toile, 2018 – Courtoisie de l’artiste et de Hannah Barry Gallery, London

Le numéro complet est disponible sur abonnement.