archive

Baden-Baden

Il existe une plastique de la sollicitude. Et le tourment sait particulièrement malaxer nos corps en en triturant la chair. Ce type d’angoisse n’est déclinée qu’au pluriel, tant ses souffrances sont vastes. Et malgré le poids que cette préoccupation fait peser, elle nous plonge dans un état de préférence liquide. Les reliefs y sont relatifs. C’est une immense horizontalité qui écrase et au mieux, éclabousse un peu.

Samuel Hindolo par Chapter NY chez Carlos/Ishikawa à Londres

Poésie prolétaire par François Piron à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris

Nicole Eisenman à la Staatliche Kunsthalle Baden-Baden à Baden-Baden

Il n’est pas à la beauté (…) à la Galerie Christophe Gaillard à Paris

Ulay par Birte Kleemann à la Richard Saltoun Gallery à Londres

School of Pain par Michal Novotný à Art in General à New York

Pierre Bonnard à la Tate Modern à Londres

572769a6-82e2-43e7-a63a-454d586afc14
Carlotta Bailly-Borg, Europe, 70 x 177 cm, acrylique sur verre, 2019 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Aurélien Mole / Fondation d’entreprise Ricard (Paris)

Publicités

Il est bon de rappeler que si le nom évoque d’emblée l’irrésistible personnage dépeint par Joris-Karl Huysmans dans son roman « À rebours », il existe bel et bien une commune éponyme située dans le département français de la Gironde. Nous retiendrons quoiqu’il en soit de ces effluves symbolistes fin-de-siècle, la haute fantaisie d’un domicile consacré à la jouissance du goût. Chaque recoin est l’occasion de concrétiser ses excentricités. Et le raffinement est partout poussé à l’extrême afin de satisfaire dans la réclusion, un appétit pour l’artifice et la déliquescence.

Dangerous Beauty au Met Fifth Avenue à New York

Fernand Khnopff au Petit Palais à Paris

Iridescence au Cooper Hewitt à New York

Arnaud Vasseux à la Galerie AL/MA à Montpellier

Autumn Ramsey chez Chapter NY à New York

Hanna-Maria Hammari à 45cbm / Staatliche Kunsthalle Baden-Baden à Baden-Baden

David Douard à la Galerie Chantal Crousel à Paris


David Douard, vue de l’exposition « O’DA’OLDBORIN’GOLD » à la Galerie Chantal Crousel à Paris, 2019 – Courtoisie de l’artiste et de la galerie, crédit photographique Martin Argyroglo

Meubler, c’est finalement un risque pour beaucoup d’œuvres. Leur possible destinée consiste alors à demeurer un bibelot de plus, noyé dans l’indifférence d’un aménagement intérieur. Comme pour défier cette malédiction, certaines pièces s’acoquinent d’office avec les codes du mobilier, quitte à singer sa présence utilitaire ou même à s’y résoudre, intégralement.

Paola Pivi à la Galerie Emmanuel Perrotin à Paris

Tobias Rehberger à la Staatliche Kunsthalle à Baden-Baden

Isa Genzken à la Galerie Chantal Crousel à Paris

Gauthier Leroy à la Galerie Aliceday à Bruxelles

Nicoll Ullrich à la Galerie Sébastien Ricou à Bruxelles

Arman à la Galerie Daniel Templon à Paris

Robert Breer au Capc à Bordeaux

Profitant de l’entrain des cloches pascales pour retrouver mon Alsace natale, je tiens à vous faire part cette semaine d’expositions approchées lors de ce séjour sur les rives du Rhin et de son prélude nancéien. Bordé par la peinture et la photographie, l’axe principal de ce parcours m’apparaît être la culture du fragment, évidente lorsqu’il y a cadre, mais qui dépasse ici à mon avis cette simple contrainte de la représentation. Quelque chose de météorologique baignait également les étapes de ce voyage, nuées, éclaicis, flaques et flocons rythmant le paysage artistique de cet Est secoué par de visuelles bourrasques.

Joël Kermarrec au Musée des Beaux-Arts à Nancy

Paysages au Musée des Beaux-Arts à Nancy

Eric Hattan à la Galerie Art Attitude à Nancy

Un monde à part au Musée Würth à Erstein

Kazati Resnicnost par Brane Kovic & Thomas Soriano à la Chaufferie à Starsbourg

Dirk Skreber à la Kunsthalle de Baden-Baden

Gerhard Richter au Museum Frieder Burda à Baden-Baden

oui
Gerhard Richter, Pyramide, 100x70cm, huile, toile, 1983 – Collection Würth

Le numéro complet est disponible sur abonnement.