archive

Archives Mensuelles: avril 2013

Le temps passe. Et conscient de sa condition, l’homme s’obstine alors à le mesurer, à s’y mesurer, pour mieux supporter son écoulement. Une panoplie d’outils sont inventés pour satisfaire l’humanité d’un contrôle superficiel de cette donnée. Le Frac Franche-Comté exploite cette perspective pour développer des activités en un environnement marqué par le tradition horlogère. Ce fonds régional fut discrèt ces années-ci, et l’inauguration de son nouveau bâtiment m’emporta donc sans hésitation, à l’abordage de sa diffusion sur le territoire, pour enfin cerner ce qui le constitue. Malgré une communication timide et maladroite, je peux témoigner d’une réelle prise d’initiative pour célébrer l’institution, et soutenir le réseau culturel dans lequel il s’inscrit au fil du Doubs. Grâce à de précieuses hospitalités du matin à Belfort jusqu’au soir à Besançon, c’est une journée sportive et heureuse qui me fit voyager dans la quatrième dimension.

L’embarras du choix au Musée des beaux-arts – Tour 46 et à la Galerie du Granit à Belfort

Le Corbusier avec Notre-dame-du-haut sur la colline de Bourlémont à Ronchamp

Monsieur Surleau et le cyclope au Musée du Château des ducs de Wurtemberg à Montbéliard

Monozukuri, façons et surfaces d’impression à l’Isba – École des beaux-arts à Besançon

Cécile Meynier à la Toshiba House à Besançon

Kengo Kuma avec La cité des arts à Besançon

Des mondes possibles par Sylvie Zavatta au Frac Franche-Comté à Besançon

Messages envoy&AOk-s-1796

> Marina Abramović, Becoming visible (détail), 1993 – Collection Frac Franche-Comté

Publicités

Une élégance gracile connecte les deux termes de ce numéro, confondant les zones sombres de la graphite à la palette vive de diverses corolles. Dans un élan de délicatesse toujours imprégné d’Ikebana, des bouquets de tiges et de traits fleurissent en cette saison. Les deux passions atemporelles témoignent d’un maniérisme, réconciliant la nature et l’artifice. Bâtons, pistils, feuilles et pétales se languissent indifféremment.

Between the lines à la All visual arts Gallery à Londres

Guillaume Millet à la Galerie Bernard Jordan à Paris

Le Salon du dessin 2013 au Palais Brogniart à Paris

Drawing now 2013 au Carrousel du Louvre à Paris

Marc Bauer au Centre culturel suisse à Paris

Francesca DiMattio à la Zabludowicz Collection à Londres

Cécile Bortoletti à la Brachfeld Gallery à Paris

Messages envoy&AOk-s-1765

Anne Laure Sacriste, Chute noire, 21x30cm, crayon, papier, 2010

Deux éléments rapprochés en créent systématiquement un troisième, qui interpelle par son évidente monstruosité. Tout collage m’a toujours semblé efficace, avec les nuances qu’implique cet adjectif. Bâtarde par définition, cette chronique occupe le champ qui s’étire entre les deux termes de notre intitulé, partant d’une référence historique en la matière pour rejoindre des productions photographiques intégrant la fragmentation dans leur motivation-même. Et voilà une pratique limpide qui réduit ses moyens aux associations les plus frontales pour servir une imagination libre.

Kurt Schwitters à la Tate Britain à Londres

Collages Nord Sud au 38 Wilson – Galerie Nathalie Parienté à Paris

Marnie Weber à la Galerie Praz-Delavallade à Paris

Linder au Mamvp – Musée d’art moderne de la ville de Paris à Paris

Seuls quelques fragments (…) d’autrui par Timothée Chaillou à la Galerie Ropac à Paris

Deep à la Galerie Natalie Seroussi à Paris

Jan Groover à la Galerie Paul Frèches à Paris

Messages envoy&AOk-s-1740
> Marnie Weber, Série The diary, 28.2×21.2cm, papier, colle, 2011-12 – Courtoisie de l’artiste et la galerie Praz-Delavallade Paris

Le mal s’impose comme un thème fédérateur dans l’actualité parisienne. Plusieurs expositions collectives glorifient ainsi la beauté de la désolation, les forces mystérieuses, l’esthétique de la destruction et les splendeurs du noir. Se complaire dans le dépérissement. Se lamenter joliment. Se gargariser de mélancolie. Voici des énergies pronominales louant le sublime des ténèbres, perspective existentielle fredonnant du requiem en un souffle froid. Éteignez alors lumières et radiateurs pour mieux accueillir les frissons du gothique.

L’ange du bizarre au Musée d’Orsay à Paris

Picatrix  par Eugenio Viola à la Galerie Michel Rein à Paris

Steven Parrino – Armleder (…) Toroni à la Galerie Gagosian à Paris

Disaster – The end of days à la Galerie Thaddaeus Ropac à Pantin

Jan Fabre à la Galerie Daniel Templon à Paris

Paint it black par Xavier Franceschi au Plateau Frac Ile-de-France à Paris

Isabelle Cornaro à la Galerie Balice Hertling à Paris

Messages envoy&AOk-s-1722
> Bettina Samson, Série Comment, par hasard, Henri Becquerel découvrit
la radioactivité, 2009 – Courtoisie de l’artiste et collection Frac Ile-de-France

L’évènement se prépare, et son existence commence à s’ébruiter depuis quelques mois. A l’automne au Mamvp – Musée d’art moderne de la ville de Paris, se tiendra une exposition collective prenant pour focale la production moderne et contemporaine de tapis et tapisseries. Surfaces textiles découpant traditionnellement l’espace domestique en pans horizontaux ou verticaux, ce mobilier élémentaire surgit effectivement en masse dans l’actualité artistique internationale. La perspective m’émoustille énormément et il faut féliciter l’institution française qui marquera l’évidente abondance des motifs, techniques et connotations liés à cet art décoratif. Avec lui, c’est généralement l’imaginaire de la manufacture qui est invoqué, une économie fantasmée où l’humain par son geste concret retrouve une place dans la chaîne de fabrication des objets qui l’entourent. Pour patienter jusqu’à l’avènement de cette initiative, voici une sélection s’engouffrant avec délice dans le sillon qu’elle esquisse.

Robert Rauschenberg à la Gagosian Gallery à Londres

Emmeline de Mooij par Kiera Blakey et Matthew Robert-Hughes chez Legion Tv à Londres

Hippolyte Hentgen à la Chapelle du Genêteil à Château-Gontier

Ethan Cook à la Galerie Jeanroch Dard à Paris

Alexandre da Cunha au Grand café à Saint-Nazaire

Harold Ancart (…) Pae White à la Galerie Emmanuel Perrotin à Paris

Nora Schultz à la Galerie Campoli Presti à Londres

f

> Emmeline de Mooij – Courtoisie de l’artiste