archive

New York

C’est celui qui assoit. Selon le fisc français au temps de l’Ancien Régime, il a pour mission de déterminer l’assiette de l’impôt pour répartir biens et revenus. Tant pis, je cherchais une traduction satisfaisante au mot anglais « sitter », qui décrit parfaitement la position d’un modèle qu’on assied. La posture classique du portrait demeure bien le siège, ancré dans une tradition de culte de la personnalité par laquelle l’artiste glorifie le sujet trônant. Une Histoire de l’ergonomie pourrait s’écrire en articulant les poses à travers les âges.

Le siège de l’air à L’Aubette 1928 à Strasbourg

Bacon – Giacometti à la Fondation Beyeler à Riehen

Neil Haas | Patrick Procktor à The Approach à Londres

Martial Raysse chez Lévy Gorvy à New York

Evelyne Axell chez König London à Londres

Thomas Schütte pour L’Almanach 18 au Consortium à Dijon

Jumana Manna par Samuel Leuenberger à SALTS à Birsfelden

c7ce1e73-f868-4c80-9b2d-6dca110d005a
Patrick Procktor, Marius, 33 x 22 cm, aquarelle sur papier, 1977 – Courtoisie de l’artiste et The Approach, London

Le numéro complet est disponible sur abonnement – Full issue on subscription

 

Publicités

Chuchotements chinois. Scandale russe. Évidemment dans chaque langue existe une appellation pointant un mode de communication exogène pour désigner ce jeu d’enfant où l’information de bouche à oreille, risque à se transformer. L’intérêt d’un tel divertissement sans victoire individuelle consiste à comparer la phrase initiale au résultat modelé au fil des intermédiaires, et ainsi, la manière dont chacun reçoit et donne. Éloignons l’aspect possiblement xénophobe des intitulés qu’il faudra plus sérieusement interroger un jour, pour en retenir la plasticité de tout message lors de son écoute, son interprétation, sa traduction, sa transmission. L’énergie ici réveille l’ancestrale tradition orale à l’heure des rumeurs électroniques, et cherche à partager autrement ses origines.

Lin May Saeed à Studio Voltaire à Londres

J’allai ce soir fumer une cigarette sur le sable au bord de la mer chez Bénichou à Paris

Claude Viallat chez Ceysson & Bénétière à Paris

Talisman In The Age Of Difference chez Stephen Friedman à Londres

Kapwani Kiwanga à la Galerie Jérôme Poggi à Paris

Becoming animal par Borbála Soós à Tenderpixel à Londres

Yves Scherer à Cassina Projects et New Release à New York

249eca0c-f344-40f5-9505-0bb7483e0bc8
Lin May Saeed, vue de l’exposition Biene à Studio Voltaire à Londres – Courtoisie de l’artiste et des galeries Jacky Strenz et Nicolas Krupp, crédit photographique Andy Keate

Le numéro complet est disponible sur abonnement – Full issue on subscription

Épouse et mère, elle est la première femme apparaissant dans la mythologie estonienne, se mariant avec le fondateur du pays et enfantant un héros. L’épopée nationale décrit ainsi la constitution d’un état autant que le développement existentiel d’un individu, son fils. La capitale naît de la colline qu’elle façonne en empilant des pierres pour faire une sépulture à son mari défunt, tout en pleurant toutes ses larmes pour former un lac voisin. L’inconsolable est toujours représentée selon la solennité d’une veuve. Elle est définitivement minérale, transformée en rocher par les dieux pour éloigner tout prétendant. Aujourd’hui, elle prête son nom à des tablettes de chocolat ou une liaison maritime en ferry, voyant son charisme immortalisé en valeur culturelle. Elle demeure un corps-monument.

Treasury à Kumu – Art Museum of Estonia à Tallinn

John DeAndrea à la Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois à Paris

BT13 – Give Up The Ghost, Tallinn par Vincent Honoré au Tallinn Art Hall à Tallinn

Peter Hujar à The Morgan Library & Museum à New York

Michel Sittow à Kumu – Art Museum of Estonia à Tallinn

All Too Human à la Tate Britain à Londres

Adamson-Eric à l’Adamson-Eric Museum – Art Museum of Estonia à Tallinn

6fad2fb6-29b3-47ce-8936-efa2ee06d4c3
Peter Hujar, Candy Darling on her Deathbed, tirage argentique, 1973 – Collection of Ronay and Richard Menschel © Peter Hujar Archive LLC

Le numéro complet est disponible sur abonnement – Full issue on subscription

Expression heureuse faisant autant honneur à la fonction qu’à l’agrément, elle fut consacrée en tant que formule par une exposition en 1949 au Salon des Arts Ménagers de Paris. Une volonté œcuménique d’après-guerre vise ainsi à cultiver une synthèse des arts. La maison s’affirme comme le lieu de la modernité. Il est surprenant de constater combien aujourd’hui ces positions radicales continuent d’influencer l’iconographie et l’état d’esprit en tous domaines.

Danielle Orchard chez Jack Hanley à New York

Louis Fratino à la Galerie Antoine Levi à Paris

Soleil chaud, soleil tardif par Bice Curiger à la Fondation Vincent van Gogh Arles à Arles

Muralnomad par Tiphanie Dragaut-Lupescu au Quadrilatère à Beauvais

Jean Lurçat chez Rosenberg & Co. à New York

U.A.M. Une aventure moderne au Centre Pompidou à Paris

Jean Prouvé à la Fondation Luma à Arles

56be9924-5f4c-47be-850c-79046eed7e3e
Charles-Édouard Jeanneret-Gris dit Le Corbusier, La Femme et le maréchal ferrant, 218 x 365 cm, tapisserie de basse lisse, textile laine, réalisé à la Manufacture nationale de la tapisserie, Beauvais, quatrième exemplaire, 1987-88 – Collection Mobilier national, crédit photographique Dominique Mathieu

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Ainsi le terme désigne un lépidoptère dans cette langue agglutinante d’Asie. Il accorde l’hébreu et l’arabe pour dire le mot Prophète. Et il est aussi l’acronyme de North Africa Business Intelligence. Nabi, est un gang de peinture qui sonne comme une blague entre copains. Le terme n’a d’ailleurs été consacré que tardivement, confiné jusqu’alors aux correspondances privées de ce cercle d’initiés. Retenons-en la vivacité et une certaine spiritualité de la couleur, dans une humeur définitivement voyante voire visionnaire.

Phoebe Unwin chez Amanda Wilkinson à Londres

Intimités en plein air au Musée d’art Roger Quillot à Clermont-Ferrand

Markus Lüpertz à la Michael Werner Gallery à Londres

Duo, duel, dual à la Galerie B+ à Lyon

John McAllister chez James Fuentes à New York

Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet au Musée de l’Orangerie à Paris

Andreas Eriksson à la Stephen Friedmann Gallery à Londres

5c0e526d-9702-42a8-9aaa-6c931e5345fa
Phoebe Unwin, Whisper, 115 x 70 cm, huile sur toile, 2018 – Courtoisie de l’artiste et de la galerie

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Romaine, grecque ou plus archaïque encore, l’Antiquité demeure une source intarissable nourrissant toutes les civilisations qui lui ont succédé. Elle définit les bases d’un classicisme revisité à travers les époques. Aucune raison donc pour que nous y échappions. Traitées avec plus ou moins de subtilité, ses influences continuent d’irriguer la culture visuelle d’aujourd’hui.

Jean-Marie Appriou pour Open Space à la Fondation Louis Vuitton à Paris

Paroikia – Παροικία chez Company Gallery à New York

Florian Bézu à la Galerie Florence Loewy à Paris

Rouge ou noir au Musée Départemental de la Céramique à Lezoux

The Classical Now au King’s College London à Londres

Damien Meade chez Peter von Kant à Londres

Florence Peake par la Hayward Gallery pour Do Disturb au Palais de Tokyo à Paris

222b6397-6db4-442f-a5a5-d4577c0532dd
Zoë Paul, Untitled – détail, 200 x 150 cm, argile mi-cuite, métal, 2017 – Courtoisie de l’artiste et Company, New York

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Ça cadre, en trois dimensions. Chacun y organise son butin. Le contenu est conditionné, en un écrin ou une cage. Idéalement, il ne s’agit pas d’emprisonner les choses, mais au contraire par la qualité de certaines délimitations, d’ouvrir les interprétations.

Anthea Hamilton à la Tate Britain à Londres

Invisible cities par Flavia Frigeri chez Waddington Custot à Londres

Michelle Lopez à la Simon Preston Gallery à New York

Eva Rothschild chez Stuart Shave / Modern Art à Londres

Neïl Beloufa par Guillaume Désanges au Palais de Tokyo à Paris

Jean-Luc Godard à la Migel Abreu Gallery à New York

Eddie Peake à White Cube Bermondsey à Londres

4576a477-15d3-47fc-838c-0957c1de4fc5
Anthea Hamilton, The Squash, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Tate, crédit photographique Seraphina Neville

Le numéro complet est disponible sur abonnement.