archive

New York

Expression heureuse faisant autant honneur à la fonction qu’à l’agrément, elle fut consacrée en tant que formule par une exposition en 1949 au Salon des Arts Ménagers de Paris. Une volonté œcuménique d’après-guerre vise ainsi à cultiver une synthèse des arts. La maison s’affirme comme le lieu de la modernité. Il est surprenant de constater combien aujourd’hui ces positions radicales continuent d’influencer l’iconographie et l’état d’esprit en tous domaines.

Danielle Orchard chez Jack Hanley à New York

Louis Fratino à la Galerie Antoine Levi à Paris

Soleil chaud, soleil tardif par Bice Curiger à la Fondation Vincent van Gogh Arles à Arles

Muralnomad par Tiphanie Dragaut-Lupescu au Quadrilatère à Beauvais

Jean Lurçat chez Rosenberg & Co. à New York

U.A.M. Une aventure moderne au Centre Pompidou à Paris

Jean Prouvé à la Fondation Luma à Arles

56be9924-5f4c-47be-850c-79046eed7e3e
Charles-Édouard Jeanneret-Gris dit Le Corbusier, La Femme et le maréchal ferrant, 218 x 365 cm, tapisserie de basse lisse, textile laine, réalisé à la Manufacture nationale de la tapisserie, Beauvais, quatrième exemplaire, 1987-88 – Collection Mobilier national, crédit photographique Dominique Mathieu

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Ainsi le terme désigne un lépidoptère dans cette langue agglutinante d’Asie. Il accorde l’hébreu et l’arabe pour dire le mot Prophète. Et il est aussi l’acronyme de North Africa Business Intelligence. Nabi, est un gang de peinture qui sonne comme une blague entre copains. Le terme n’a d’ailleurs été consacré que tardivement, confiné jusqu’alors aux correspondances privées de ce cercle d’initiés. Retenons-en la vivacité et une certaine spiritualité de la couleur, dans une humeur définitivement voyante voire visionnaire.

Phoebe Unwin chez Amanda Wilkinson à Londres

Intimités en plein air au Musée d’art Roger Quillot à Clermont-Ferrand

Markus Lüpertz à la Michael Werner Gallery à Londres

Duo, duel, dual à la Galerie B+ à Lyon

John McAllister chez James Fuentes à New York

Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet au Musée de l’Orangerie à Paris

Andreas Eriksson à la Stephen Friedmann Gallery à Londres

5c0e526d-9702-42a8-9aaa-6c931e5345fa
Phoebe Unwin, Whisper, 115 x 70 cm, huile sur toile, 2018 – Courtoisie de l’artiste et de la galerie

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Romaine, grecque ou plus archaïque encore, l’Antiquité demeure une source intarissable nourrissant toutes les civilisations qui lui ont succédé. Elle définit les bases d’un classicisme revisité à travers les époques. Aucune raison donc pour que nous y échappions. Traitées avec plus ou moins de subtilité, ses influences continuent d’irriguer la culture visuelle d’aujourd’hui.

Jean-Marie Appriou pour Open Space à la Fondation Louis Vuitton à Paris

Paroikia – Παροικία chez Company Gallery à New York

Florian Bézu à la Galerie Florence Loewy à Paris

Rouge ou noir au Musée Départemental de la Céramique à Lezoux

The Classical Now au King’s College London à Londres

Damien Meade chez Peter von Kant à Londres

Florence Peake par la Hayward Gallery pour Do Disturb au Palais de Tokyo à Paris

222b6397-6db4-442f-a5a5-d4577c0532dd
Zoë Paul, Untitled – détail, 200 x 150 cm, argile mi-cuite, métal, 2017 – Courtoisie de l’artiste et Company, New York

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Ça cadre, en trois dimensions. Chacun y organise son butin. Le contenu est conditionné, en un écrin ou une cage. Idéalement, il ne s’agit pas d’emprisonner les choses, mais au contraire par la qualité de certaines délimitations, d’ouvrir les interprétations.

Anthea Hamilton à la Tate Britain à Londres

Invisible cities par Flavia Frigeri chez Waddington Custot à Londres

Michelle Lopez à la Simon Preston Gallery à New York

Eva Rothschild chez Stuart Shave / Modern Art à Londres

Neïl Beloufa par Guillaume Désanges au Palais de Tokyo à Paris

Jean-Luc Godard à la Migel Abreu Gallery à New York

Eddie Peake à White Cube Bermondsey à Londres

4576a477-15d3-47fc-838c-0957c1de4fc5
Anthea Hamilton, The Squash, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Tate, crédit photographique Seraphina Neville

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Sans parler des transactions commerciales dont elles sont elles-mêmes l’objet, certaines œuvres s’affirment dans la possessivité. Elles manipulent la notion d’appartenance, qu’il s’agisse de montrer ce que l’on possède déjà ou de s’approprier un héritage exogène. Avoir. Être. En étalant ses signes de richesses selon différentes acceptations du patrimoine.

Of Earth and Heaven: Art from the Middle Ages chez Luhring Augustine à New York

Danh Vo au Solomon R. Guggenheim Museum à New York

Talismans par Sarina Basta à la Fondation Calouste Gulbenkian à Paris

Isabelle Cornaro à la Galerie Mezzanin à Genève

Objets précieux Art Déco à L’École des Arts Joailliers à Paris

Camila Oliveira Fairclough à la Galerie Emmanuel Hervé à Paris

Au diapason du monde à la Fondation Louis Vuitton à Paris

d224378c-e893-4c1c-9704-1e7b55c44ad6
Isabelle Cornaro, Untitled (P#6) – détail, 106 x 250 x 6 cm, bois peint, pampilles, cristaux, verre, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Galerie Mezzanin, crédit photographique Annik Wetter

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le corps synthétique fascine, avec la promesse de hisser l’humanité hors de son essence organique. Des fantasmes d’immortalité alimentent la possibilité déraisonnable de remplacer tout simplement, les parties défaillantes de l’organisme comme nous le ferions de toute invention mécanique. C’est une grammaire clinique qui se déverse ainsi sur un imaginaire vidant notre existence de sa chair.

Isa Genzken chez David Zwirner à New York

Alix Marie chez Roman Road à Londres

Cathy Wilkes à MoMA PS1 à New York

Tarik Kiswanson par Jesi Khadivi à la Fondation d’Entreprise Ricard à Paris

Jesse Darling chez Chapter NY à New York

L’institut d’esthétique pour Do Disturb au Palais de Tokyo à Paris

Hannah Levy chez Clearing à New York

38366227-9394-450a-8fca-e2e4a75d7f35
Alix Marie, La Femme Fontaine, 2018 – Courtoisie de l’artiste et Roman Road, crédit photographique Ollie Hammick

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Manque de netteté. Aux contours indécis. Par défaut de réglage. Non-ajusté au sujet. Il est généralement définit par la négative. Dit artistique, il devient la risée des commentaires populaires. Et ses synonymes, lâche, imprécis, fumeux, sont tout simplement des insultes. S’il est aujourd’hui lié au vocabulaire photographique, il fut par le sfumato un signe de distinction picturale bien avant que la rétine puisse être mécanique. D’ailleurs pas de pellicules ni de pixels ici, mais de la peinture française d’après-guerre et quelques sensibilités contemporaines qui continuent à bousculer la résolution des choses.

Hans Hartung chez Nahmad Contemporary à New York

L’art du pastel de Degas à Redon au Petit Palais à Paris

Betty Tompkins / Jean-Baptiste Bernadet chez Ribordy Contemporary à Genève

Les nombreuses irrégularités par Chiara Parisi à la Villa Médicis à Rome

Martin Barré chez Matthew Marks à New York

Sophie von Hellermann chez Pilar Corrias à Londres

Jean Fautrier au Musée d’art moderne de la Ville de Paris à Paris

c50c10f0-e89a-4a28-9486-065638676fb3
Katharina Grosse, Ingres Wood, 255 x 550 x 3320 cm, acrylique sur arbres et tissu, 2018 – Courtoisie de l’artiste et ses galeries, crédit photographique Alessandro Vasari

Le numéro complet est disponible sur abonnement.