archive

Aubagne

Face à l’immensité qui s’ouvre devant nous, les superlatifs ne suffisent jamais à décrire un sentiment que les artistes cherchent, et parfois réussissent, à représenter. Cette béance, temporelle, spatiale, ou d’une dimension moins rationnelle encore, surgit aux détours des sentiers. Elle est pure démesure, hors de portée. Dans l’extase et effroi, reste le monde et soi.

Hans Hartung par Fabrice Hergott au Pénitents noirs et au Musée de la légion étrangère à Aubagne

Sublime au Centre pompidou – Metz à Metz

Painting with light à la Tate britain à Londres

Elina Brotherus au Pavillon populaire à Montpellier

Le cabinet des merveilles au Mamcs – Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg

Overlay à White rainbow à Londres

Samara Scott à la Pump house gallery – Pleasure garden fountains à Londres

8964a095-22be-4d75-a942-a33ad2ada4bf
Elina Brotherus, Der wanderer 2, photographie, 2004 – Courtoisie de l’artiste et de la galerie gb agency

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Marseille n’est pas une capitale. La ville travaille pour légitimer son titre vis-à-vis de la culture, mais cela ne passe clairement pas par un engagement ambitieux en faveur de l’art. Cela n’empêchera personne d’y passer un séjour heureux. J’ai voulu témoigner de la teneur de l’évènement inaugural, et surtout, rendre compte face à une politique municipale repoussante, de plusieurs initiatives marseillaises qu’il faut sortir de l’amalgame. Oui, depuis l’annonce de cette nomination, l’intitulé sonne comme une antithèse. Je refuse pour autant de stigmatiser les réussites qui émergent de ce contexte noueux. Malgré l’apparent boycott de beaucoup de structures locales spécialisées que la manifestation fragilise plutôt qu’elle ne les soutient, un contre-itinéraire prodiguait quelques excitations absentes de l’offre artistique officielle. Nous n’en sommes qu’à l’ouverture et une programmation animera toute l’année la métropole et sa Provence environnante. Mieux vaut en ce qui nous concerne, patienter jusqu’à la fin du printemps pour y retourner avec l’éclosion de projets complémentaires, menés entre autres par le Frac Paca. Car la majorité des équipements sont encore en chantier, l’essentiel étant qu’ils servent rapidement la magnétique cité phocéenne.

Prix La photographie – Maison blanche #2 à la Galerie Mad à Marseille

Josef Koudelka au Centre de la Vieille Charité à Marseille

Toulousaines par Michel Metayer à Hlm – Hors les murs à Marseille

Capitale(s) à la Galerie Gourvennec Ogor à Marseille

L’art à l’endroit par Xavier Douroux dans l’espace public et parfois privé à Aix-en-Provence

Ici, ailleurs par Juliette Laffon à la Tour-Panorama – Friche la Belle de mai à Marseille

Mona Hatoum par le Frac Paca à la Chapelle des pénitents noirs à Aubagne

Messages envoy&AOk-s-1438

> Sylvain Couzinet Jacques, Palm trees #7, 2011 – Courtoisie de l’artiste