archive

Archives Mensuelles: octobre 2009

Qualité d’une substance qui est astringente, âpre au goût / Sévérité, rigueur dans les mœurs, les actes / Manière d’être, peu affable, excessivement réservée / Politique visant à restreindre la consommation par divers moyens, comme la restriction du crédit, l’aggravation fiscale / Mortification du corps et de l’esprit, qu’une personne s’impose pour faire pénitence, et/ou pour l’amour de Dieu / Rigueur, contrainte / Sévérité, dépouillement, froideur / Simplicité, gravité. J’inaugure avec ce numéro un cycle à la périodicité informelle qui visera à nommer puis développer des notions qualificatives auxquelles je me suis découvert au fil de temps particulièrement sensible. Sans non plus prétendre à formuler la liste exhaustive des critères qui excitent positivement mon jugement,  l’exercice cherchera simplement à mettre en valeur les plus irrésistibles d’entre elles. Celle à l’honneur ici témoigne très clairement d’une volonté à ne pas se tempérer pour plaire au plus grand nombre et ses caractéristiques plastiques radicales fricotent avec la sécheresse du monochrome et affectionnent la brutalité des matériaux nus. Délice.

Pierre Soulages au Centre Pompidou à Paris

Alan Charlton à la Galerie Jean Brolly à Paris

Oscar Tuazon à la Galerie BaliceHertling à Paris

Capturing Time à la Kadist Art Foundation à Paris

Mathieu Lehanneur à la Boutique Issey Miyake Rue Royale à Paris

Guillaume Leblon à la Galerie Jocelyn Wolff à Paris

Réversibilité au Cac Brétigny à Brétigny-sur-Orge

Publicités

Entre l’été et la période des foires s’étend une durée singulière marquant le démarrage des programmations qui représente une charnière stratégique nous emportant de la paisible humeur estivale vers le point culminant français du marché de l’art. Nous avons traversé cet étendue du calendrier de manière assez fluide en évoquant davantage les géographies provinciales dans le sillage des séjours heureux des mois ensoleillés sans créer de rupture franche pour affirmer l’entrée dans une saison nouvelle : c’est le propos de ce numéro qui, à quelques jours de l’ouverture de la Fiac, tient à revenir sur les évènements incontournables de ce début d’automne 2009 balisé par des monographies d’artistes importants.

Xavier Veilhan au Château de Versailles à Versailles

Takashi Murakami à la Galerie Emmanuel Perrotin à Paris

Mike Kelley à la Galerie Ghislaine Hussenot à Paris

Annette Messager à la Galerie Marian Goodman à Paris

Ugo Rondinone à la Galerie Almine Rech et au Jardin des Tuileries à Paris

Nuit Blanche 2009 à Paris

Orlan à l’Abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-l’Aumône

Les arts plastiques sembleraient initialement s’adresser à notre oeil, étant historiquement lié au culte du regard. Les conditions d’exposition classique nous interdisent d’ailleurs formellement toute autre modalité d’approche : Lécher un Delacroix ? Caresser un Giacometti ? Non, et la vue s’imposerait alors en toute bienséance comme le sens destinataire de toute l’histoire de l’art. Il s’avère que ce présent numéro s’intéresse aux plasticiens qui exploitent les quatre autres, le sixième et plus encore, dans le cadre cependant strict des arts visuels. Bousculant la distanciation hygiénique propre à la vision, ici on sent, on touche et le son vous pénètre.

23’17 » à Mains d’Oeuvres à Saint-Ouen

No(t)music par Jérôme Cotinet-Alphaize au Fort du Bruissin à Francheville

Miguel Chevalier au Musée de la Chasse et de la nature à Paris

Shilpa Gupta à la Galerie Yvon Lambert à Paris

La Confusion des sens à l’Espace Culturel Louis Vuitton à Paris

Régis Perray à Micro-Onde à Vélizy-Villacoublay

Anita Molinero à la Galerie Alain Gutharc à Paris

Empruntant son intitulé au nom d’une spécialité poitevine, galette dense de pâte sablée réconfortant le gourmand par ses simples ingrédients en proportions généreuses, ce numéro documente l’incroyable journée du 24 septembre 2009 rythmée de 07h25 à 21h53 par un parcours consommé cul-sec à la découverte de l’actualité artistique en Charente et Vienne rehaussé d’un bonus parisien pour conclure en toute logique ce jour d’une féroce intensité. Le fort caractère de ce périple goûtu tient aussi beaucoup à la diversité des structures visitées, de l’association à l’institution, foulant une nature enchanteresse encore humide de rosée le matin jusqu’à s’installer dans un siège du Centre Pompidou le soir.

Christophe Gonnet par Pac’Bô à Garat et au Lieu-dit des Fontenelles à Sers

Jardin habité par Ciel Ouvert au Hameau de la Brousse à Sers

Rémy Hysbergue au Frac Poitou-Charentes à Angoulême

Le bel accident au Confort Moderne à Poitiers

David Evrard au Confort Moderne à Poitiers

La Fanzinothèque au Confort Moderne à Poitiers

Ziad Antar dans le cadre de Prospectif Cinéma au Centre Pompidou à Paris