archive

Archives de Tag: Condo

Elle est une punition pour certains, une récompense pour d’autres. Sa double nature éducative et érotique, en fait un sujet moral sulfureux. L’administration de coups sur le postérieur avec ou sans instruments entraîne une stimulation physique provoquant une diversité trouble de conséquences. La violence, le pouvoir et le plaisir s’imbriquent selon des combinaisons suffisamment mystérieuses pour qu’il venir à en légiférer. Ainsi la châtiment corporel en sphère familiale se voit interdit dans plusieurs sociétés, alors que diverses périodes en célèbrent la pratique thérapeutique, notamment pour dissiper la fièvre ou guérir la torpeur. Une forme de satisfaction existe par ailleurs pour celui qui la donne, ne serait-ce que par l’évidence de son autorité. La correction implique la discipline.

Cady Noland par Susanne Pfeffer au MMK Museum für Moderne Kunst à Francfort

Position latérale de sécurité par Guslagie Malanda & Lucas Morin à Bétonsalon à Paris

Xinyi Cheng par Antenna Space pour Condo London 2019 chez Carlos/Ishikawa à Londres

Swingers par Martha Fleming-Ives & Monika Senz chez Greene Naftali à New York

Stéphane Mandelbaum par Anne Monfort au Centre Pompidou à Paris

Tainted love / Club Edit par Yann Chevallier à la Villa Arson à Nice

Diego Bianchi à la Galerie Jocelyn Wolff à Paris

72d1b1c9-2737-4294-8ae0-52bfec2f7f5b
Xinyi Cheng, Coiffeur, 60 x 50 cm, huile sur lin, 2017 – Collection Artemis Baltoyanni (Athènes), courtoisie de l’artiste, crédit photographique Aurélien Mole

Publicités

L’humain programme. Et les logiciels exécuteraient. Mais il peut y avoir des surprises, et une volupté peut apparaître là où la technologie semblait selon un contraste initial, dénuée d’érotisme. S’il est courant de parler d’intelligence artificielle, il s’agit de considérer ici le potentiel de plaisir associé à la machine. Sans tomber dans le caprice générationnel, il est maintenant entendu d’envisager le numérique sous sa forme liquide. Alors les humeurs inondent.

Adriano Amaral par Galeria Jaqueline Martins pour Condo London 2019 chez Rodeo à Londres

Drowning In a Sea of Data par João Laia à La Casa Encendida à Madrid

Pulpe par Raphaël Brunel à l’ÉMBA Galerie Edouard-Manet à Gennevilliers

Julien Creuzet au Palais de Tokyo à Paris

Tala Madani à Portikus à Frankfurt-am-Main

des attentions par Brice Domingues, Catherine Guiral & Hélène Meisel au Crédac à Ivry-sur-Seine

Daria Martin au Barbican Centre – The Curve à Londres

012729c6-0129-4340-8742-953fe2d93f4e
Shanta Rao, Sans titre, 140 x 108 cm, peinture polymère et technique mixte sur caoutchouc 2019 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Margot Montigny

Il existe une plastique de la sollicitude. Et le tourment sait particulièrement malaxer nos corps en en triturant la chair. Ce type d’angoisse n’est déclinée qu’au pluriel, tant ses souffrances sont vastes. Et malgré le poids que cette préoccupation fait peser, elle nous plonge dans un état de préférence liquide. Les reliefs y sont relatifs. C’est une immense horizontalité qui écrase et au mieux, éclabousse un peu.

Samuel Hindolo par Chapter NY chez Carlos/Ishikawa à Londres

Poésie prolétaire par François Piron à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris

Nicole Eisenman à la Staatliche Kunsthalle Baden-Baden à Baden-Baden

Il n’est pas à la beauté (…) à la Galerie Christophe Gaillard à Paris

Ulay par Birte Kleemann à la Richard Saltoun Gallery à Londres

School of Pain par Michal Novotný à Art in General à New York

Pierre Bonnard à la Tate Modern à Londres

572769a6-82e2-43e7-a63a-454d586afc14
Carlotta Bailly-Borg, Europe, 70 x 177 cm, acrylique sur verre, 2019 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Aurélien Mole / Fondation d’entreprise Ricard (Paris)

Éteint ou en activité, tout cône tectonique représente un contraste dramatique entre mutisme et fulmination. Il est une possible catastrophe, même si sa menace promet au long terme une forme de fertilité. Son épaisse croûte protège temporairement un cœur vif, jusqu’à explosion. Éblouissement. Silence.

Milton Resnick chez Cheim & Read à New York

Celia Hempton chez Lorcan O’Neill à Rome

Leon Golub au Met Breuer à New York

Greengrassi / Corvi-Mora hosting Lomex / JTT / Proyectos Ultravioleta pour Condo à Londres

Erika Verzutti chez Andrew Kreps à New York

Jay DeFeo, The Ripple Effect par Franck Gautherot & Seungduk Kim au Consortium à Dijon

Jay DeFeo chez Mitchell-Inness & Nash à New York

3ad47514-9f14-4b0d-a70c-b081fafb0f6e
Celia Hempton, Stromboli, 900 Metres, 11th July 2017, 35.5 x 40.5 cm, huile et cendres sur toile, 2017 – Courtoisie de l’artiste et de la galerie Lorcan O’Neill, Rome

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Voir derrière soi sans se retourner. Si le dispositif automobile nécessite la présence d’un miroir, le principe peut être entendu de manière plus ouverte en considérant des visions qui réussissent à embrasser un patrimoine tout en allant de l’avant. L’image peut s’en trouver inversée. Objects in mirror are closer than they appear.

Tarik Kiswanson par La Halle des Bouchers au Musée gallo-romain à Saint-Romain-en-Gal

Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930 au Mamcs à Strasbourg

Pablo Bronstein au Royal Institute of British Architects à Londres

Rodeo hosting Andrew Kreps pour Condo à Londres

Neïl Beloufa à la Galerie Balice Hertling à Paris

Union Pacific hosting Chert Lüdde / Misako & Rosen / Gregor Staiger pour Condo à Londres

Jean-Luc Moulène par Guillaume Désanges à La Verrière à Bruxelles

© vinciane lebrun-verguethen/voyez-vous
Tarik Kiswanson, All the things my eyes don’t see , 2017 – Courtoisie de l’artiste et des galeries Carlier Gebauer et Almine Rech, crédit photographique Vinciane Lebrun-Verguethen

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le froid n’est pas qu’une question de température. Des couleurs lumineuse et frigorifiques imbibent un nouveau climat. Son atmosphère électrique ne se répand pas dans cette classique canicule des sens. Sa sauvagerie est autre. La glace a sa propre fougue. De cette contenance à la gravité permanente, simultanément douée d’entrain.

Roy da Prince par Michal Novotný à Futura à Prague

Cold sweat à La plage à Paris

Tala Madani par Nicolas Bourriaud à La panacée à Montpellier

Abbas Akhavan à la David Roberts Art Foundation à Londres

Franziska Lantz par Supportico Lopez chez Rodeo pour Condo 2017 à Londres

Retour sur Mulholland drive par Nicolas Bourriaud à La panacée à Montpellier

Huma Bhabha à la David Roberts Art Foundation à Londres

ef5c2d34-99fd-45be-8262-d4ecf87e2931
Max Hooper Schneider, Cold war dishwaher (Uranium glass), 2015 – Lafayette anticipation Fonds de dotation Famille Moulin, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.