archive

Archives Mensuelles: mai 2008

S’inscrire. S’offrir. Se raconter. Notre attention se portera cette semaine sur le rapport entre l’écriture et le témoignage, cette inclination qui amène un artiste à transmettre par l’image du texte un fait, une vie. Nous focalisant dans un premier temps sur le caractère plastique de matériau « texte » et son exploitation littérale en tant que motif, nous nous éloignerons vers l’objet « livre » utilisé dans son volume plein, récipient à histoires. Et c’est ce point qui m’apparaît important à souligner : le texte ici est empreinte, il vise à pérenniser son auteur en nous racontant quelque chose qui s’étirera de l’expérience personnelle à l’évènement universelle, du minuscule au majuscule, de l’histoire à l’Histoire.

Pierre Buraglio à la Galerie Jean Fournier à Paris

William Kentridge à la Galerie Marian Goodman à Paris

Jean-Luc Parant à la Galerie Lara Vincy à Paris

Sophie Calle à la BnF – Site Richelieu à Paris

Valérie Mréjen au Jeu de Paume à Paris

Orlan à la Galerie Michel Rein à Paris

Jan Fabre au Louvre à Paris

Le Centre Pompidou célébrait l’année dernière ses trente ans. L’anniversaire devait marquer l’inauguration de son annexe délocalisée à Metz qui, à défaut de l’extravagant bâtiment fini de l’architecte Shigeru Ban, reconnu pour construire en tubes de carton, accueille, et aujourd’hui encore, un vaste chantier qui se donne à voir à proximité de la gare. S’y trouvent les fondations, un peu de béton, mais de la terre surtout. C’est ce terrain messin que nous parcourrons dans un périmètre large pour noter la richesse de l’offre culturelle déjà présente, fertile terreau qui a su recycler son patrimoine avec dynamisme tout en créant de nouvelles structures audacieuses.

La marge d’erreur par Le Bureau/ à la Synagogue de Delme

Michael Kenna à l’Arsenal à Metz

You are my mirror 1 : L’infamille au Frac Lorraine à Metz

Cécile Bart chez Faux-Mouvement à Metz

Un Quinquennat à la Galerie Octave Cowbell à Metz

Claude Lévêque au Parc du Haut-Fourneau U4 à Uckange

Le Corbusier à Briey-en-Forêt

Le vertige physiologique résulte d’une différence de perception entre la vue et le système vestibulaire situé dans l’oreille interne. Nous retiendrons que ce trouble perceptif naît d’un conflit entre deux sources d’informations, entre ce que l’on voit et ce que l’on ressent. Cette notion est fortement associée à l’appréhension de l’espace et particulièrement celle du vide,  c’est-à-dire de l’espace nu, disponible, offert. Nous nous concentrerons cette semaine sur des propositions artistiques qui bousculent notre rapport à la spatialité en instaurant divers dispositifs de présentation ou de représentation.

Gregor Schneider  à la Maison Rouge à Paris

Permutations / 40 artistes – 01 musée vide au Musée de Valence

Geroges Rousse à la Galerie RX et à la Mep à Paris

João Paulo Serafim au Centre Culturel Calouste Gulbenkian à Paris

Philippe de Gobert  à la Galerie Aline Vidal à Paris

Patrice Ferrasse sur http://www.chez-robert.com

Richard Serra au Grand Palais et dans le Jardin des Tuileries à Paris

Ce belgicisme me permet de qualifier la richesse de l’offre culturelle en matière de création contemporaine dans la ville de Bruxelles durant la période où se tenait sa foire d’art contemporain. Artbrussels est un évènement particulièrement agréable de part son échelle, à la fois dense et humaine, excitante mais supportable. Rassemblant tout de même cent soixante-dix-huit galeries de plus de vingt-cinq pays, la foire doit peut-être simplement son succès à sa capacité à réunir quantité et qualité. Les expositions sélectionnées dans ce numéro esquisseront le contexte dans lequel s’est inscrit cette vingt-sixième édition.

Arne Quinze sur l’avenue de la Toison d’Or à Bruxelles

Erwan Mahéo à la Galerie Catherine Bastide à Bruxelles

Chris Brodahl à la Galerie Xavier Hufkens à Bruxelles

Mike Kelley au Wiels à Bruxelles

Michael Beutler chez Dependance à Bruxelles

Apocabliss à la A.l.i.c.e Gallery à Bruxelles

Hedwig  à la Galerie Baronian-Francey à Bruxelles