archive

Versailles

Nous devrions générer bien davantage de vocabulaire prenant ses racines en ce superbe mot. C’est l’adjectif latin de l’hiver. Une saison calme et rude. Parfois, les flocons animent sa grisaille. La neige absorbe alors la vie dans son silence et couvre le reste sous son manteau. Si les apparences semblent ralenties, c’est souvent parce que les flux flamboyants agissent ailleurs.

Edi Hila à la Galerie Mitterrand à Paris

Voyage d’hiver par le Palais de Tokyo au Château de Versailles

Mimosa Echard à la Galerie Samy Abraham à Paris

Torbjørn Rødland à la Serpentine Sacklers Gallery à Londres

Lotus à Bosse & Baum à Londres

Jacques Truphémus au Musée Hébert à La Tronche

Karla Black aux Archives nationales et aux Beaux-Arts de Paris à Paris

8232c6ff-3793-459d-8455-37ee7c13043f
Karla Black, Say To Know, 16 x 520 x 720 cm, plâtre, papier toilette, sucre, cosmétiques, acrylique, charbon, fils, encre et buvard, 2017 – Courtesy Galerie Gisela Capitain, Cologne; Galleria Raffaella Cortese, Milan; Stuart Shave/Modern Art, London and David Zwirner, New York/London;
crédit photographique Simon Vogel, Cologne

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Quittons notre habituelle hauteur d’œil pour frôler l’humus et plonger notre regard sur les qualités des revêtements terrestres. La croûte sur laquelle nous nous dressons, rocailleuse ou malléable, demeure la base de tout ce que l’humanité y érige, et c’est sur la topographie-même des surfaces que l’attention ici se porte, opérant une plongée vertigineuse vers d’autres perspectives. Avec Gaïa dans la diversité de ses avatars pour mythologie commune, nos artistes affirment l’horizontalité des plans dont ils qualifient les caractéristiques. Terre, terreau, terroir, territoire.

Vincent Mauger à La Maréchalerie à Versailles

Amélie Lucas à l’Atelier Stu à Paris

Anish Kapoor à la Lisson Gallery à Londres

Félix Thiollier par Thomas Galifot au Musée d’Orsay à Paris

Henrik Plenge Jakobsen à la Galerie Patricia Dorfmann à Paris

Christian Hidaka à la Galerie Michel Rein à Paris

Guillaume Leblon par Hélène Audiffren au Mrac – Musée régional d’art contemporain à Sérignan

Messages envoy&AOk-s-1481

> Guillaume Leblon, Petits objets sommaires, dimension variable, technique mixte, 2012 – Courtoisie de l’artiste et la galerie Jocelyn Wolff Paris

Agrémenter un intérieur semble aujourd’hui être un enjeu, et un problème. Une œuvre d’art trop séduisante est suspecte, d’office. Couleur et motif en habille la surface. Pour camoufler la vacuité de son cœur, vous dirons les détracteurs du maquillage. Deux expositions collectives poseront en amont quelques pistes. Ce prélude amorcera la succession de quatre stars à qui habituellement l’on reproche tout. Et bien que leurs stratégies marchandes ne nous concernent pas nécessairement, tâchons d’observer pour une fois leur production, ne serait-ce que pour mieux aiguiser les arguments qui nous en repoussent. Ou pas.

Marcher dans la couleur par Hélène Audiffren au Mrac Languedoc-Roussillon à Sérignan

Ever living ornement à La Maréchalerie à Versailles et à Micro-Onde à Vélizy-Villacoublay

Damien Hirst à la Tate Modern à Londres

Wim Delvoye par Marie-Laure Bernadac au Musée du Louvre à Paris

Jeff Koons à la Fondation Beyeler à Riehen

Joana Vasconcelos au Château de Versailles à Versailles

Sterling Ruby par Florence Derieux au Frac Champagne-Ardenne à Reims

> Joana Vasconcelos, Mary Poppins, 700x600x600cm, laine, tissu, 2010 –                              Courtoisie Galerie Nathalie Obadia Paris Bruxelles & Haunch of Venison Londres –
Collection de l’artiste

Penchons-nous sur cet étrange état, ni végétal, ni animal, et sans vitalité apparente. Depuis ses fantastiques structures cristallines jusqu’aux surfaces les plus rugueuses, la pierre fascine, dans sa diversité, vulgaire ou précieuse. Nous l’aborderons dans l’éventail de ses réalités : bijou, élément alchimique, substance de l’immuable, modèle mathématique, matériau de construction ou fragment paysager.

Vincent Ganivet à La Maréchalerie à Versailles

Strates et discontinuités à Micro-Onde à Vélizy-Villacoublay

Bojan Šarčević à la Galerie Modern Art à Londres

Timo Nasseri – Lars Englund à la Galerie Schleicher+Lange à Paris

Éclats au Ceaac et au Musée de Minéralogie à Strasbourg

Tunga à la Galerie Pièce Unique à Paris

Sarah Lucas à la Gladstone Gallery à Bruxelles

Entre l’été et la période des foires s’étend une durée singulière marquant le démarrage des programmations qui représente une charnière stratégique nous emportant de la paisible humeur estivale vers le point culminant français du marché de l’art. Nous avons traversé cet étendue du calendrier de manière assez fluide en évoquant davantage les géographies provinciales dans le sillage des séjours heureux des mois ensoleillés sans créer de rupture franche pour affirmer l’entrée dans une saison nouvelle : c’est le propos de ce numéro qui, à quelques jours de l’ouverture de la Fiac, tient à revenir sur les évènements incontournables de ce début d’automne 2009 balisé par des monographies d’artistes importants.

Xavier Veilhan au Château de Versailles à Versailles

Takashi Murakami à la Galerie Emmanuel Perrotin à Paris

Mike Kelley à la Galerie Ghislaine Hussenot à Paris

Annette Messager à la Galerie Marian Goodman à Paris

Ugo Rondinone à la Galerie Almine Rech et au Jardin des Tuileries à Paris

Nuit Blanche 2009 à Paris

Orlan à l’Abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-l’Aumône

Cette sélection ne relève d’une thématique ni géographique, ni plastique. Son seul point fédérateur s’apparente à l’étonnement profond qu’a accompagné l’expérience de chacun des évènements, sidération nivelée selon la manifestation mais toujours effective. Telle une Gorgone, créature fantastique, l’entité face à laquelle j’évoluais m’a charmé par son redoutable pouvoir à figer mon attention, regard fixe, fasciné par le puissant caractère médusant de ce qui se monstrait. La situation dépassait l’envisageable, débordait des limites, bravait les possibles. Il s’agit toujours de démesure, d’une proposition qui s’installe hors, qui augmentent les dimensions du cadre du plausible, physiquement, intellectuellement ou moralement.

Jeff Koons au Château de Versailles à Versailles

Andres Serrano à la Galerie Yvon Lambert à Paris

Jeong-Hwa Choi au Point Ephémère à Paris

Krijn de Koning à la Galerie Serge le Borgne à Paris

Lori Hersberger au Mac à Lyon

Guy Maddin dans un Mk2 à Paris

Timo Nasseri à la Galerie Schleicher+Lange à Paris