archive

Prague

Il existe une variété de calcaire italien qui représente un cas passionnant de Pierre figurée. Sciées et polies, les tranches successives présentent des dessins différents pour chaque coupe. L’humain y voit des paysages, des ruines, des grottes. Ces panoramas ont suscité l’admiration des amateurs de cabinets de curiosités naturelles à la Renaissance. Les arts décoratifs s’en sont emparé pour les marqueteries. Parfois peinte, une intervention infime révèle l’interprétation de ce que la nature aurait dessiné seule en ses strates. Elle est un décor offert. Porté par cette fascination du règne minéral, il s’agit d’articuler la picturalité et le magnétisme de la pierre.

Pieter Vermeersch à la Galerie Emmanuel Perrotin à Paris

Josef Sudek par Vojtěch Lahoda & Katarína Mašterová à la Galerie Věda a umění à Prague

Objets à réaction par Maude Maris à la Galerie Isabelle Gounod à Paris

Sebastian Stöhrer chez Carl Freedman à Londres

Marjolijn de Wit à la Galerie Houg à Paris

New order à la Scottish national gallery of modern art à Edinburgh

Karla Black au Migros museum à Zürich

presentation2017
Marjolijn de Witt, Of bricks and bones, 60x40cm, huile, toile, 2016 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Houg, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

C’est ainsi qu’un pan de l’enthousiasme contemporain peut être qualifié, manifestation virulente du corps offert. La chair est triturée, parfois jusqu’à la bouillie. Cette sorte de charcuterie passe par de nécessaires élégances qui en conditionnent la violence.

Annette Messager à la Galerie Marian Goodman à Paris

Zeitgeist par Paul Bernard, Lionel Bovier & Fabrice Stroun au Mamco à Genève

Amelie von Wulffen à Studio Voltaire à Londres

Jaroslav Horejc à Stone bell house à Prague

Fergal Stapleton chez Carl Freedman Gallery à Londres

The bloody chamber à The koppel project à Londres

Eric Croes à la Galerie Lefebvre & fils à Paris

60b6c682-fd74-4147-a0ef-6fcd0e341174
Mathis Gasser, Blue-eyed, 2009 – Collection privée

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le néologisme désigne une lecture de l’Histoire au féminin. S’opposant au possessif masculin, il s’agit de reconsidérer le rôle de femmes, encore trop souvent négligées dans l’écriture de notre évolution. L’élan est essentiel, tout en devant se protéger de l’hystérie des extrémismes. Le pire étant bien-sûr de marteler les chromosomes XX comme prétexte exclusif. En l’occurrence, c’est le XXe siècle et la géométrie de son entre-deux-guerre qui habite aujourd’hui des références plus ou moins bien assimilées. Parfois même remarquablement.

’33 – ’29 – ’36 par Lucy McKenzie pour Are à la Galerie Um à Prague

So far so good chez Vilma Gold à Londres

Julien Carreyn avec Ker-Xavier à la Galerie de multiples à Paris

L’esprit du bauhaus aux Arts décoratifs à Paris

Caroline Mesquita par Martha Kirszenbaum à la Fondation d’entreprise Ricard à Paris

Hétérotopies par Camille Giertler au Mamcs et à L’aubette à Strasbourg

Ad Minoliti à la Galerie Crèvecoeur à Paris

11ccb6c8-5ca0-4d65-8be2-c791155ebba0
Lucie McKenzie, série Vionnet salon murals after Georges de Feure, huile, toile, 2016

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le froid n’est pas qu’une question de température. Des couleurs lumineuse et frigorifiques imbibent un nouveau climat. Son atmosphère électrique ne se répand pas dans cette classique canicule des sens. Sa sauvagerie est autre. La glace a sa propre fougue. De cette contenance à la gravité permanente, simultanément douée d’entrain.

Roy da Prince par Michal Novotný à Futura à Prague

Cold sweat à La plage à Paris

Tala Madani par Nicolas Bourriaud à La panacée à Montpellier

Abbas Akhavan à la David Roberts Art Foundation à Londres

Franziska Lantz par Supportico Lopez chez Rodeo pour Condo 2017 à Londres

Retour sur Mulholland drive par Nicolas Bourriaud à La panacée à Montpellier

Huma Bhabha à la David Roberts Art Foundation à Londres

ef5c2d34-99fd-45be-8262-d4ecf87e2931
Max Hooper Schneider, Cold war dishwaher (Uranium glass), 2015 – Lafayette anticipation Fonds de dotation Famille Moulin, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Regardons par la fenêtre, en écartant les lames du store. Les climats de notre planète réagissent à la présence humaine en produisant des conditions nouvelles. Le ciel sort des cases traditionnelles du calendrier qui pensait l’avoir ordonné pour quelques temps encore. Aujourd’hui surgit une météorologie alternative.

Philippe Durand à la Galerie Laurent Godin à Paris

Peindre l’impossible par Philippe Dagen au Musée Marmottan Monet à Paris

Condo 2017 par dépendance chez Maureen Paley à Londres

Le coin de l’œil par Léna Monnier & Josh Ginsburg à la Kadist art foundation à Paris

The squatter par Michael Callies à la Galerie Gaudel de Stampa à Paris

Anna Hulačová par Martin Prudil à la Etc. galerie à Prague

Thomas Huber au Centre culturel suisse à Paris

Solen
Edvard Munch, Le Soleil, 123x176cm, huile, toile, 1912 – Oslo, Munchmuseet

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

C’est une source d’un débit léger qui dans un pré, favorise la pousse de l’herbe au printemps. L’eau y ruisselle. Un tel suintement est synonyme de fertilité pour les terrains qu’il arrose. Il affirme une joie à y voir poindre de bonnes choses pour l’avenir. Encourager le plaisir liquide. Sécréter de l’enthousiasme.

Sigmar Polke à la Michael Werner Gallery à Londres

France-Lise McGurn chez Bosse & Baum à Londres

Henri Matisse au Musée des beaux-arts à Lyon

Tender touches par Daria Khan à l’Austrian cultural forum à Londres

Juergen Teller à la Galerie Rudolfinum à Prague

Flavio Garciandía chez Mai 36 à Zürich

Sonia Almeida par Simone Subal Gallery à The approach à Londres

0ed4d734-cdac-478b-a792-dcd038be8baf
Zoe Williams, Châteaux double wide aide, 5′, vidéo, 2016 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Antoine Levi, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

L’idée de nature est une construction qui nécessite beaucoup d’inventivité. C’est un fantasme qui cherche à déterminer ce qui s’éloignerait de la civilisation, ce qui vise une forme libérée de nos réglementations. Pas de rugissement caricatural ici. C’est plutôt un genre accessible que nous frôlons, une ruralité idéalisée, une échappée à portée de main. Cette destination doit rester secrète, sachant que si on y jette en œil c’est qu’elle n’est déjà plus vierge. Soit Jonnhy Deep se retournant les manches pour une pub de parfum.

Théodore Rousseau par Line Clausen Pedersen à la Ny Carlsberg Glyptotek à Copenhague

Bruno Serralongue au Bleu du ciel à Lyon

Claude & François-Xavier Lalanne chez Ben Brown fine arts à Londres

Dana Lok chez Chewday’s à Londres

Henri Rousseau par Kristýna Brožová à la Národní galerie v Praze – Kinský palace à Prague

Charlotte Moutou par Moly-Sabata à La serre à Saint-Etienne

Laure Prouvost à la Národní galerie v Praze – Veletržní palace à Prague

3d12c029-8c6d-45ca-b0fd-a6bb6c718b00
Théodore Rousseau, Sunset on the sand dunes of Jean-­de-­Paris, 90x117cm, huile, toile, 1864-­67 – Wadsworth atheneum museum of art, Hartford, Connecticut

Le numéro complet est disponible sur abonnement.