archive

Rivoli

Voiles et empreintes imprègnent cette sélection, sous le patronage de Véronique que la mythologie chrétienne nous offre comme témoin d’une impénétrable représentation. Une confusion persiste entre deux formes de reliques que la piété populaire nous a transmises, entre l’étoffe prêtée pour éponger un visage et le linge embaumant le corps d’un crucifié. Dans tous les cas, la présence organique d’un sujet s’imprime sur le textile sensible. Diaphane, spectral, ces réseaux de tâches restent soumis aux interprétations les plus fantaisistes. Il s’agit d’exposer des traces significatives, de tendre un écran marqué par d’indéniables cicatrices de lumière. Et une récente vadrouille à Turin affirma cette préoccupation, cité où la passion pour un tissu impressionné culmine avec le culte de ce vénérable négatif plié.

Simon Hantaï au Centre Pompidou à Paris

Thomas Fougeirol à la Galerie Praz-Delavallade à Paris

Jimmie Durham à la Galerie Michel Rein à Paris

Ana Mendieta au Castello di Rivoli – Museo d’arte contemporanea à Rivoli

Giuseppe Penone par Laurent Busine à la Galerie Marian Goodman à Paris

Whft par Thomas Fougeirol & Jo-ey Tang au Chalet/Belleville à Paris

Jochen Lempert par Chris Sharp à la Norma Mangione Gallery à Turin

Messages envoy&AOk-s-2097

> Shanta Rao, Projet The plates of the present, 30x40cm, photogramme, 2013 – Courtoisie de l’artiste

Publicités

L’été dénude les masses, qui alors s’étalent généralement dans l’espace public. C’est en cette saison que le corps est le plus exposé, au soleil comme au regard. Et une proportionnelle inverse semble relier température et pudeur. La chair est matière plastique, à modeler, de la contenance musclée à l’opulence sans retenue. Plages et parcs deviennent les socles de la diversité de l’enveloppe humaine.

Thomas Schütte par Andrea Bellini & Dieter Schwarz au Castello di Rivoli à Rivoli

Hybride à la Fondation Francès à Senlis

Sarah Lucas à la Galerie Sadie Coles – Situation à Londres

Mika Rottenberg au Frac Languedoc-Roussillon – Fonds régional d’art contemporain à Montpellier

Marisa Merz à la Fondazione Merz à Turin

Superbody à la Galerie Chantal Crousel à Paris

Summer camps par Marie Maertens à la Galerie Suzanne Tarasiève – Loft19 à Paris

> Sarah Lucas, Hard Nud, 2012 – Courtoisie de la Galerie Sadie Coles Londres