archive

Archives de Tag: Union pacific Gallery

Il sonne comme une onomatopée, une porte coulissante qui glisse dans le silence velouté d’un vaisseau spatiale ou d’une administration. Il assure une transition. Il permet le passage. C’est un compartiment servant à éviter une communication directe. Il télétransporte. Il nous emporte ailleurs. Outre cet outil architectural, il désigne également une sorte de tamis ainsi qu’un mode de divination. Dans tous les cas, on le traverse.

Eliseo Mattiacci chez Richard Saltoun à Londres

Space Shifters par Cliff Lauson à la Hayward Gallery à Londres

Chloé Serre à La BF15 à Lyon

Diane Simpson chez Herald St à Londres

Heidi Bucher à Parasol Unit à Londres

Doors of Paradise chez Union Pacific à Londres

Benoît Maire chez Meessen de Clercq à Bruxelles

e6a72a50-2514-4d95-abab-88757b426fa1
Heidi Bucher, Borg, 230 x 350 x 100 cm, textile, latex, mother-of-pearl pigments, bamboo, 1976 – © Estate Heidi Bucher, courtoisie Parasol Unit, crédit photographique Benjamin Westoby

Publicités

Étrangement masculin et pluriel, le terme invite à frôler les lisières. Elles sont diverses et délimitent autant l’histoire que la géographie. Il s’agit de s’y aventurer au plus proche. D’un coup, ce territoire, nous le touchons. Ses extrémités invoquent un temps où la Terre était peut-être plate, pour mieux avoir des bords. Un sentimentalisme nimbe quoiqu’il en soit l’épopée pour les atteindre, ces contours. Là-bas, une autre lumière luit.

Pierre Puvis de Chavannes chez Michael Werner à Londres

Family Affair par Colombe Marcasiano dans un appartement à Paris

Stéphane Calais à la Galerie de Multiples à Paris

Zadie Xa par Union Pacific à Frieze London 2018 à Londres

Huma Bhabha par Salon 94 à la Fiac 2018 au Grand Palais à Paris

Above the treeline chez Office Baroque à Bruxelles

Ambera Wellmann par Lulu à la Fiac 2018 au Grand Palais à Paris

ac979570-bdec-4cca-8011-bbcc3d1904ed
Peter Marcasiano, sans titre, 24 x 41 cm, huile et fusain sur toile, circa 1980 – Courtoisie de l’artiste, crédit photographique Aurélien Mole

Le numéro complet est disponible sur abonnement – Full issue on request

Voir derrière soi sans se retourner. Si le dispositif automobile nécessite la présence d’un miroir, le principe peut être entendu de manière plus ouverte en considérant des visions qui réussissent à embrasser un patrimoine tout en allant de l’avant. L’image peut s’en trouver inversée. Objects in mirror are closer than they appear.

Tarik Kiswanson par La Halle des Bouchers au Musée gallo-romain à Saint-Romain-en-Gal

Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930 au Mamcs à Strasbourg

Pablo Bronstein au Royal Institute of British Architects à Londres

Rodeo hosting Andrew Kreps pour Condo à Londres

Neïl Beloufa à la Galerie Balice Hertling à Paris

Union Pacific hosting Chert Lüdde / Misako & Rosen / Gregor Staiger pour Condo à Londres

Jean-Luc Moulène par Guillaume Désanges à La Verrière à Bruxelles

© vinciane lebrun-verguethen/voyez-vous
Tarik Kiswanson, All the things my eyes don’t see , 2017 – Courtoisie de l’artiste et des galeries Carlier Gebauer et Almine Rech, crédit photographique Vinciane Lebrun-Verguethen

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le temps passe. Sans lassitude. Au contraire, témoigner des choses dans leur durée permet de suivre volontairement l’évolution des formes façonnées par la perpétuité. Envisager la transformation plus que la destruction, le mouvement plutôt que l’usure. Le règne minéral s’impose alors comme un terrain et une temporalité propices à toutes les métaphores en ce domaine. De cette mécanique, nourrie jour après jour par l’excitation du suivant, naît une passion forcément exponentielle.

Rebecca Digne par Alessandro Gallicchio à la Galerie Escougnou-Cetraro à Paris

Phillip King à la Thomas Dane Gallery à Londres

Être pierre par Noëlle Chabert & Jessica Castex au Musée Zadkine à Paris

Jean le Moal au Musée d’art et d’archéologie à Valence

Jessica Warboys à la Galerie Gaudel de Stampa à Paris

Subterranea par la revue Ingmar à la Galerie Florence Loewy à Paris

Ben Burgis & Ksenia Pedan par Union Pacific à Frieze London 2017 à Londres

5ec4daad-4229-4181-817c-d57a84ef5e2a
Rebecca Digne, A perdere #10, céramique, sable, corde, 2017 – Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Escougnou-Cetraro, Paris

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Saltimbanques et baladins peuvent se rhabiller. L’espace public est une attraction en soit. Il suffit de décider de le regarder. Sans divertissement supplémentaire, un bout de trottoir réussit à dresser le portrait en réserve d’une civilisation. Aujourd’hui au cœur de notre attention, l’extérieur en représentation.

Eva Nielsen à la Galerie Jousse à Paris

A rising tide lifts all boats chez Union Pacific à Londres

Walker Evans par Clément Cheroux au Centre Pompidou à Paris

Anna Ročňová par Tereza Jindrová chez Hunt Kastner à Prague

Dave Hardy à la Galerie Christophe Gaillard à Paris

A different way to move par Marcella Lista au Carré d’art – Musée d’art contemporain à Nîmes

Ian Kiaer à la Galerie Marcelle Alix à Paris

a22c306d-f8be-4116-8095-48cb650a8e9e
Eva Nielsen, Zode, 200 x 260 cm, encre, huile, acrylique, toile, 2017 – Courtoisie de l’artiste et la Galerie Jousse

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Voilà un ensorcellement fait-main. Il est excitant d’envisager des stratagèmes basés sur l’excellence manuelle. Nous sommes donc là, bien loin du complot conceptuel. Il s’agit de manier pour mieux conspirer. Cet artisanat de la machination relève de talents concrets, ancrés dans la matière et sa capacité à envoûter. Ourdir, c’est d’abord préparer son matériel avant de s’installer sur le métier à tisser. Tramer. Et dans le langage vieilli des beaux-arts, manigancer consiste à agencer son sujet dans le but de le représenter.

James Ensor à la Royal academy of arts à Londres

Johan Creten au Crac Occitanie – Centre régional d’art contemporain à Sète

Winter show chez Union pacific à Londres

Lucy Stein par Paola Clerico chez Rodeo à Londres

Candice Lin à Gasworks à Londres

Clay case à la Galerie Anne de Villepoix à Paris

Jérémie Paul à la Maëlle Galerie à Paris

ffb584fc-87fd-4868-9cdf-55327fdda181
Issy Wood, At the V&A, 45x60cm, huile, velours, 2016 – Courtoisie de l’artiste et de Union pacific

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Le phénomène tectonique participe à la création des îles. Une croûte s’enfonce sous une autre et opère un plissement aux abysses qui échauffe la matière. Celle-ci une fois en fusion, explose à la surface en un volcan faisant bouillir les eaux. Avec la violence d’une naissance, un nouveau territoire se crée.

Takuro Kawata chez Alison Jacques à Londres

Letha Wilson à la Galerie Christophe Gaillard à Paris

Lanzarote chez Union pacific à Londres

Richard Serra à la Gagosian gallery Britannia st à Londres

Amélie Giacomini & Laura Sellies par l’Iac au Gac à Annonay

Markéta Souhradová par Tereza Záchová à 35M2 à Prague

Michael Dean dans le cadre du Turner Prize 2016 à la Tate britain à Londres

1f7f84e8-a859-4a8b-bcc0-202937bec1fa
Amélie Giacomini & Laura Sellies, Insula dulcamara, 2016 – Courtoisie des artistes, crédit photographique Blaise Adilon

Le numéro complet est disponible sur abonnement.