2016 semaine 06 – Thé dansant

Ce gabarit de fête consiste simplement à s’accorder des plaisirs de fin d’après-midi. Son horaire le distingue de la trivialité d’un repas ou l’impératif cérémonieux d’un bal. Il est juste prétexte à retrouvailles. C’est le créneau de la décontraction. Tout y est léger, la musique, les boissons, les fleurs. Historiquement, son mythe semble culminer entre la fin du dix-neuvième et le début du vingtième siècle, imbibé d’un imaginaire Belle époque, colonial, oisif, décadent. Car ce format est aussi celui que privilégient les contre-cultures, profitant de la réputation bon enfant de ces rencontres pour mieux en bousculer les conventions. L’alternatif surgit ainsi dans le cliquetis des tasses reposées sur leur soucoupe. Les délicatesses de salon découvrent leur potentiel de rébellion. Et l’air de rien, on s’encanaille.

Peter Shire par Julie Boukobza à la New galerie à Paris

Tapisseries, espaces échangés au MUba Eugène Leroy à Tourcoing

A moveable feast à la Galerie Jérôme Pauchant à Paris

Nadia Agnolet à La maison Jandelle à Paris

Condo à la Rodeo gallery à Londres

Brafa art fair 2016 à Tour & taxis à Bruxelles

Gabriel Méo dans un local à La plaine saint-denis

peter
Peter Shire, Double dip mug, 10x15x10cm, céramique, 2015 – Courtoisie de l’artiste

Le numéro complet est disponible sur abonnement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s